Publications du Service canadien des forêts

Early growth response in trees following peatland drainage. 2006. Hillman, G.R.; Roberts, J.J. Natural Resources Canada, Canadian Forest Service, Northern Forestry Centre, Edmonton, Alberta. Information Report NOR-X-408. 26 p.

Année : 2006

Disponible au : Centre de foresterie du Nord

Numéro de catalogue : 26037

La langue : Anglais

Séries : Rapport d'information (CFN - Edmonton)

Disponibilité : Commander une copie papier (gratuite), PDF (télécharger)

Sélectionner

Résumé

À McLennan et Wolf Creek dans le centre de l’Alberta, l’épinette noire (Picea mariana (Mill.) BSP) et le mélèze laricin (Larix laricina (Du Roi) K. Koch) affichent une croissance supérieure dans deux tourbières drainées, 9-10 ans après le drainage, par comparaison à leur croissance mesurée dans des placettes témoins non drainées. Dans les placettes drainées, les accroissements de la hauteur, du diamètre et du volume ont été, respectivement, de 2,7 à 3,5, de 1,6 à 2,3 et de 4,4 à 9,7 fois plus élevés. Aucun effet net de l’espacement des fossés (30, 40, 50 ou 60 m) sur la croissance ne s’observe, et la corrélation entre la croissance et la distance des arbres du fossé le plus proche est faible. Ces résultats semblent indiquer que l’abaissement du niveau de la nappe phréatique a été suffisant pour créer des zones non saturées qui ont facilité une croissance comparable des arbres dans les bandes entre les fossés. D’après des analyses dendrométriques, l’amélioration de la croissance pourrait débuter 3 ou 4 ans après le drainage. Le succès de la régénération de l’épinette noire dans les placettes témoins à McLennan et la taille raisonnable du recrutement des deux essences dans les placettes témoins semblent indiquer que ces essences peuvent germer et survivre dans les terrains humides au début, mais que le niveau élevé de la nappe phréatique inhibe subséquemment leur croissance. Il faudra continuer de mesurer périodiquement les arbres des deux essences afin de déterminer les patrons de croissance à long terme et d’évaluer la faisabilité financière du drainage des tourbières comme option pratique d’aménagement forestier.