Publications du Service canadien des forêts

Isozyme variation and the conservation genetics of Garry oak. 2005. Ritland, K.; Meagher, M.D.; Edwards, D.G.W.; El-Kassaby, Y.A. Canadian Journal of Botany 83(11): 1478-1487.

Année : 2005

Disponible au : Centre de foresterie du Pacifique

Numéro de catalogue : 26012

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : Commander une copie papier (gratuite), PDF (télécharger)

Résumé

Le chêne de Garry (Quercus garryana Dougl. ex Hook) est distribué selon un axe nord–sud, le long de la côte du Pacifique. En Colombie-Britannique (BC), c’est une espèce de référence dans l’écosystème menacé exceptionnel de « Garry oak meadow ». Les auteurs ont utilisé des marqueurs isozymiques pour étudier la phylogéographie et les problèmes de conservation du chêne de Garry. Parmi 42 populations et 23 lieux génétiques, la diversité génétique (hétérozygocitée attendue) moyenne est de 0,17, et le nombre d’allèles moyen par locus est de 1,84. Ces valeurs sont environ la moitié de celles qu’on retrouve chez d’autres espèces de pin blanc. En utilisant le réseau des progénitures, on constate que les taux de croisement externes, dans deux populations de l’Île de Vancouver, sont en moyennes de 0,96, sans apparence de consanguinité biparentale; de plus, le coefficient de consanguinité des 42 populations est près de zéro (0,025); ainsi la consanguinité ne pose pas de problème. L’analyse par regroupement des distances génétiques fait ressortir deux grands groupes de populations : Washington–Oregon méridional et Île de Vancouver – Îles du Golfe; les populations de la région des îles sont particulièrement homogènes. Une population continentale isolée en BC, près de Sumas, possiblement d’origine anthropique, montre la variabilité génétique la plus faible et la plus forte distance génétique. En général, les populations géographiquement isolées sont plus fortement appauvries génétiquement, ce qui pourrait compromettre leur survie, mais à la fois plus fortement distinctes génétiquement, ce qui confère un héritage évolutif plus important à l’espèce.

Dernière mise à jour :