Publications du Service canadien des forêts

Canadian national tree aboveground biomass equations. Can. J. For. Res. 35:1996-2018. 2005. Lambert, M.-C.; Ung, C.-H.; Raulier, F. 35: 1996-2018.

Année : 2005

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 25827

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : Commander une copie papier (gratuite), PDF (demande par courriel)

Résumé

L’estimation de la densité de biomasse aérienne (matière organique sèche par unité de surface) est requise pour déterminer les bilans nationaux canadiens de carbone forestier. Les équations de biomasse d’arbre constituent l’outil de base pour convertir les données des placettes d’inventaire en densité de biomasse. C’est pour cette raison que les données de biomasse ont été récupérées d’archives nationales pour produire de nouvelles séries d’équations de biomasse d’arbre. Ces données ont été recueillies au début des années 80 par le Service canadien des forêts dans le cadre du programme de recherche appelé ÉNergie de la FORêt (ENFOR). Comme le plan d’échantillonnage n’était pas standardisé parmi les provinces et territoires, les données ont dû être uniformisées avant que les équations de biomasse puissent être considérées au niveau national. Deux propriétés caractérisent les nouvelles équations de biomasse : les estimés de composantes de biomasse (feuille, branche, bois et écorce) sont contraints à égaliser la biomasse totale et la dépendance parmi les termes d’erreurs pour les différentes composantes d’un même arbre est prise en considération dans les estimés des paramètres du modèle et dans la variance de la prédiction. La méthode d’estimation connue par les économistes comme une « méthode de régression sans corrélation apparente » permet l’inclusion des dépendances entre les termes d’erreurs des composantes de biomasse considérées. Les séries d’équations basées sur le diamètre à hauteur de poitrine (dhp), d’une part, et sur le dhp et la hauteur, d’autre part, ont été produites pour 33 essences, par groupe de feuillus et de conifères et pour toutes les essences réunies. Les biomasses prédites par les nouvelles équations nationales sont comparées à celles estimées par des équations provinciales pour évaluer la perte de précision causée par l’agrégation de l’échelle régionale à l’échelle nationale. Le biais et l’erreur de prédiction obtenus avec la série d’équations nationales basées à la fois sur le dhp et la hauteur sont généralement beaucoup plus semblables à ceux obtenus des équations provinciales que le biais et l’erreur de prédiction des équations nationales basées uniquement sur le dhp.

Dernière mise à jour :