Publications du Service canadien des forêts

Adaptation to climate change: Genetic variation is both a short- and a long-term solution. 2005. Beaulieu, J.; Rainville, A. For. Chron. 81: 704-709.

Année : 2005

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 25821

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Résumé

Nous proposons une méthodologie qui combine un modèle d’indice de station biophysique et un modèle de transfert des sources de semences reposant à la fois sur la température et les précipitations afin d’estimer le rendement d’une plantation d’épinette blanche en fonction des conditions actuelles et futures selon un réchauffement global. Le modèle d’indice de station biophysique prédit la hauteur dominante à l’âge de 25 ans qui est utilisé par la suite pour estimer le rendement d’une plantation au moyen de tables de rendement. Le modèle de transfert indique, qu’en moyenne, les sources de semences sont mieux adaptées aux conditions climatiques là où elles croissent actuellement et atteignent un rendement maximum sous ces conditions. Cependant, ce modèle indique également que le transfert de sources de semences vers des stations plus sèches pourrait accroître le rendement de la plantation. Pour prévoir les valeurs de l’indice de station dans le cas de changements climatiques, les valeurs obtenues du modèle d’indice de station biophysique sont corrigées par un facteur estimé au moyen du modèle de transfert des sources de semences. Les résultats de nos simulations prédisent que le réchauffement planétaire pourrait entraîner une légère augmentation du rendement des plantations d’épinette blanche du sud du Québec. Toutefois, on ne peut s’attendre à obtenir des rendements semblables d’une source de semences exposée rapidement à des conditions plus chaudes comparativement à une source de semences qui se développe présentement sous des conditions climatiques auxquelles elle s’est adaptée. Il faudra plusieurs génération (délai d’adaptation) à une source de semences pour s’adapter à des conditions plus chaudes. Nous considérons que la méthode que nous proposons sera utile pour identifier les sources les plus productives de semences qui pourraient être utilisées partout dans la province et pour réviser les directives de transfert des sources de semences.

Dernière mise à jour :