Publications du Service canadien des forêts

Occurrence of paracrystalloids and their particles in resistant and susceptible carnation plants infected with Fusarium oxysporum f.sp. dianthi race 2. 2004. Ouellette, G.B.; Rioux, D.; Simard, M.; Baayen, R.P. Phytoprotection 85: 139-151.

Année : 2004

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 25716

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Résumé

Des structures cristallines opaques formées de particules singulières (d’environ 20-22 nm en diamètre désignées OP) ont été observées uniquement dans le voisinage de cellules colonisées dans des plants d’oeillet sensibles ou résistants à l’infection par le Fusarium oxysporum f.sp. dianthi. Dans les plants sensibles, les OPs se trouvaient dans les éléments de vaisseaux et les parois cellulaires, et rattachées à l’altération de celles-ci, mais elles étaient absentes dans les cellules de parenchyme du xylème. Par contre, dans les plants résistants, les OPs ne se trouvaient que dans ces cellules. En comparaison avec des structures vraisemblablement similaires rapportées pour d’autres systèmes, les OPs et les corps cristallins semblent tout à fait différents de ceux observés dans des plantes atteintes de virus ou de champignons, mais montrent une similitude avec des corps observés dans des plants parasités par des nématodes. Les OPs ont montré un rapport évident avec de la matière opaque, souvent parsemée de structures filamenteuses dans les plants des deux cvs., et en plus avec des cellules de l’agent pathogène dans le cas du cv. sensible. Des structures semblables se trouvaient souvent dans les parois de l’hôte, reliant en quelque sorte les cellules, incluant les cellules de parenchyme dans les plants résistants; ainsi, les OPs et les corps crystallins dans ces cellules semblaient pouvoir se rattacher à ces filaments comme dans les plants sensibles. En raison de l’affinité entre la matière opaque, les structures filamenteuses et les OPs, et de chacun de ces éléments avec les cellules fongiques, il a semblé pertinent d’attribuer la genèse des particules à l’agent pathogène.

Dernière mise à jour :