Publications du Service canadien des forêts

Seed cone traits and insect damage in Tsuga canadensis (Pinaceae) 2004. Turgeon, J.J.; Jones, C.G.; Bellocq, M.I. Canadian Journal of Forest Research 34: 261-265.

Année : 2004

Disponible au : Centre de foresterie des Grands Lacs

Numéro de catalogue : 25669

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : Commander une copie papier (gratuite)

Sélectionner

Résumé

Nous avons mesuré des cônes de Tsuga canadensis (L.) Carrière, calculé la production potentielle de semences (nombre d'écailles fertiles × 2) et le rendement des semences (nombre de semences pleines/production potentielle de semences) et estimé l'impact de Eupithecia mutata Pearsall (Lépidoptères : Géométridés) et de Megastigmus hoffmeyeri Walley (Hyménoptères : Torymidés) sur la production de semences. En Ontario, la longueur, la largeur et le volume des cônes sains variaient peu selon le site. Les cônes portaient environ 28 écailles dont 13 étaient stériles. La production potentielle de semences et le rendement des semences différaient d'un site à l'autre, variant respectivement de 25 à 31 ovules et de 24 à 72 %. Tant le nombre d'écailles stériles que le nombre d'écailles fertiles augmentaient avec le volume des cônes, mais la proportion d'écailles fertiles était indépendante de la dimension des cônes. La proportion maximum de cônes infestés par E. mutata atteignait 21 %. En moyenne, chaque larve avait détruit >90 % des semences pleines de chaque cône; ainsi, d'un point de vue pratique, la proportion de semences de T. canadensis détruites par site correspondait à la proportion de cônes infestés. La proportion de cônes infestés par M. hoffmeyeri variait de 9 à 40 %, mais la proportion de semences détruites par site (intervalle de variation : 1,1 à 6,1 %) était beaucoup moindre beaucoup moindre que celle de E. mutata. Un maximum de sept semences par cône étaient infestées par M. hoffmeyeri. À notre connaissance, ceci constitue le premier rapport faisant état des caractéristiques des cônes de T. canadensis et de l'impact de E. mutata et de M. hoffmeyeri.