Publications du Service canadien des forêts

Aerial application of nucleopolyhedrovirus induces decline in increasing and peaking populations of Neodiprion abietis. 2005. Moreau, G.; Lucarotti, C.J.; Kettela, E.G.; Thurston, G.S.; Holmes, S.; Weaver, C.A.A.; Levin, D.B.; Morin, B. Biological Control 33: 65-73.

Année : 2005

Disponible au : Centre de foresterie de l'Atlantique

Numéro de catalogue : 25394

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : Commander une copie papier (gratuite)

Résumé

L'hypothèse voulant que les maladies influent sur les cycles de populations a souvent été soutenue, mais peu d'expériences ont été menées sur le terrain pour la confirmer ou l'infirmer. Nous avons introduit un nucléopolyédrovirus (NeabNPV) dans des populations sauvages de Neodiprion abietis (Harris), le diprion du sapin, afin de déterminer le rôle de ce virus dans l'effondrement des populations de diprion du sapin et d'examiner son utilité à titre d'agent de lutte biologique. Pour ce faire, nous avons procédé à l'épandage aérien du NeabNPV sur des populations de diprion du sapin dont l'effectif était en croissance, avait atteint un plateau ou était en baisse. Les résultats révèlent que l'épandage aérien du NeabNPV entraîne une baisse marquée de l'effectif des populations de N. abietis (génération suivant le traitement), mais seulement lorsque le traitement est appliqué à des populations dont l'effectif est croissant ou stable. Le NeabNPV ne semble pas influer sur l'effondrement naturel des populations dont l'effectif est déjà en baisse. L'introduction artificielle du NeabNPV n'a pas toujours eu un effet sur l'effectif des générations traitées, mais elle a eu un effet sur la biologie de l'hôte dans les semaines suivant le traitement puisque le nombre de cas d'infection par le NeabNPV a augmenté et la production de chiure (coïncidant avec la phase d'alimentation des larves) a diminué dans les zones traitées. Les résultats de cette étude appuient l'hypothèse voulant que les épizooties dues au NeabNPV entraînent une baisse d'effectif chez les populations de N. abietis. De plus, ils montrent que l'épandage aérien de NeabNPV à un taux aussi faible que 1 X 109 corps d'occlusion polyédriques par hectare constitue peut-être une méthode efficace pour éliminer les populations de N. abietis dont l'effectif est en croissance ou a atteint un plateau.

Dernière mise à jour :