Publications du Service canadien des forêts

Climate change and plant diseases in Ontario. 2004. Boland, G.J.; Melzer, M.S.; Hopkin, A.A.; Higgins, V.; Nassuth, A. Canadian Journal of Plant Pathology 26: 335-350.

Année : 2004

Disponible au : Centre de foresterie des Grands Lacs

Numéro de catalogue : 25150

La langue : Anglais

Disponibilité : PDF (demande par courriel)

Sélectionner

Résumé

Les modèles actuels des changements climatiques attendus en Ontario prévoient des effets significatifs sur les maladies qui affecteront les plantes en agriculture et en foresterie au cours des années à venir. Il faut s'attendre à des effets directs et multiples sur l'épidémiologie des maladies des plantes, y compris la survie de l'inoculum primaire, la vitesse de propagation d'une maladie au cours d'une saison et la durée des épidémies. Ces effets influenceront favorablement ou défavorablement chaque agent pathogène et les maladies qu'il cause. Des changements sont aussi prévus dans le spectre des maladies. On s'attend à un accroissement des maladies non parasitaires associées aux extrêmes environnementaux, et les interactions entre les maladies parasitaires et non parasitaires peuvent devenir les plus importants éléments touchant les maladies des plantes à la suite des changements climatiques. La lutte aux maladies des plantes sera aussi touchée. En agriculture, on s'attend à ce que les programmes d'amélioration génétique cherchent à adapter plusieurs cultures à des saisons de croissance qui s'allongent et, en parallèle, à développer de la tolérance à la sécheresse et aux stress. Il y aura aussi des occasions pour l'introduction de nouvelles cultures et de nouveaux cultivars, mais des systèmes efficaces devront être en place pour détecter les nouveaux agents pathogènes et les empêcher d'entrer avec ces nouvelles cultures. À cause de la longue durée de vie des arbres, les forêts sont lentes à s'adapter, et l'impact des changements climatiques devra être pris en compte dans les plans d'aménagement des forêts. Des adaptations aux changements en agriculture et en foresterie ont eu lieu, en Ontario, au cours des 100 et quelques dernières années, mais elles devront se produire à un rythme accéléré à cause des changements rapides dans le climat. Il est essentiel que l'infrastructure de la recherche agricole et forestière reste forte afin d'assurer une transition et une adaptation réussies.