Publications du Service canadien des forêts

Soil disturbance and five-year tree growth in a montane alternative silvicultural systems (MASS) trial. 2004. Maynard, D.G.; Senyk, J.P. The Forestry Chronicle 80(5): 573-582.

Année : 2004

Disponible au : Centre de foresterie du Pacifique

Numéro de catalogue : 25004

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : Commander une copie papier (gratuite), PDF (demande par courriel)

Sélectionner

Résumé

Les pratiques forestières sur le terrain peuvent altérer de façon négative la productivité pédologique en modifiant les propriétés physiques, chimiques et biologiques du sol. L’effet de la perturbation du sol sur les propriétés pédologiques et la croissance des arbres ont été évalués suite à un passage d’une excavatrice hydraulique et de plusieurs passages combinés de l’excavatrice et d’une débardeuse à grappin sur chenilles flexibles dans le cadre de quatre traitements sylvicoles : coupe à blanc (CC), rétention d’arbres verts (GT), coupe par trouée (PC) et coupes progressives uniformes (SW). L’efficacité d’une technique de réhabilitation des sols au moyen d’une excavatrice (labourage) pour décompacter les sentiers de débardage (c’est-à-dire, réduire la densité globale du sol) et la disponibilité des éléments nutritifs ont été évaluées. Les semis de pruche de l’Ouest (Tsuga heterophylla (Raf.) Sarg.) et de sapin amabilis (Abies amabilis Dougl. Ex. Forbes) ont été plantés dans des parcelles non perturbées, au coeur et entre les sentiers de débardage, ainsi que dans les sentiers réhabilités dans le cas des quatre traitements de récolte au cours du printemps de 1994. La croissance des semis a été mesurée après cinq années de croissance et les concentrations en éléments nutritifs du feuillage de l’année en cours ont été déterminées à la fin de la quatrième année de croissance. La survie des semis et la croissance ont été généralement réduites en fonction des perturbations pédologiques associées aux sentiers de débardage. Les effets des perturbations sur les propriétés physiques du sol (entre autre la compaction et l’envasement) et la perturbation du drainage constituaient vraisemblablement les causes. Les déficiences en éléments nutritifs ne semblent pas représenter un facteur déterminant. Néanmoins, les concentrations en azote étaient inférieures dans le feuillage de l’année en cours récoltés sur les sites réhabilités comparativement aux sites intacts ou aux sites sur les sentiers de débardage traités. L’efficacité de la réhabilitation du sol variait. Dans le cas des sols plus profonds et bien drainés, le labourage a réduit la densité globale du sol à des niveaux inférieurs à ceux des sols intacts et, à court terme ( cinq ans), a amélioré la croissance des semis. Sous des conditions plus humides, le traitement de réhabilitation a réduit la survie et la croissance des deux espèces. En conséquence, des prescriptions de réhabilitation (labourage) ne devraient pas être appliquées uniformément partout dans un peuplement.