Publications du Service canadien des forêts

A restricted Leontief profit function model of the Canadian lumber and chip industry: potential impacts of US countervail and Kyoto ratification. 2004. Williamson, T.B.; Hauer, G.; Luckert, M.K. Canadian Journal of Forest Research 34(9): 1833-1844.

Année : 2004

Disponible au : Centre de foresterie du Nord

Numéro de catalogue : 24975

La langue : Anglais

Disponibilité : Commander une copie papier (gratuite), PDF (demande par courriel)

Sélectionner

Résumé

L'estimation de l'offre d'extrants et de la demande de facteurs avec un ensemble d'équations fonctionnelles fournit un cadre pour circonscrire les réponses possibles de l'offre face à des chocs exogènes. À notre connaissance, aucune étude n'a eu recours à une équation fonctionnelle généralisée de Leontief pour estimer les mouvements de l'offre canadienne de bois d'oeuvre et de copeaux. Les élasticités de l'offre de bois d'oeuvre par rapport aux prix, estimées à partir d'une équation de profits de forme fonctionnelle restreinte de Leontief, sont plus basses que celles qui résultent de la plupart des autres études, alors que la réponse de l'offre de bois d'oeuvre vis-à-vis de la variation du prix des grumes est un peu plus élevée que ce qui figure dans ces autres études. Nous simulons également les impacts des droits compensatoires imposés par les autorités américaines sur l'offre de bois d'oeuvre canadien. Les réponses aux droits compensatoires générées par la simulation peuvent être considérées comme des estimations conservatrices, alors que les réponses de l'offre de bois d'oeuvre à l'augmentation du prix des grumes pourraient se situer dans la partie supérieure de la gamme de réponses attendues. L'estimation des fonctions de profit et d'offre indique que l'offre de copeaux se moule à l'offre de bois d'oeuvre plutôt que de relever de décisions distinctes quant à l'orientation de la production. Les réponses de l'offre de copeaux et de bois d'oeuvre à différentes combinaisons d'augmentation des droits compensatoires, du prix des grumes et du prix de l'énergie présentent une variété de patron. Premièrement, si les politiques découlant de l'application du protocole de Kyoto se traduisaient par un accroissement des prix de l'énergie pouvant aller jusqu'à 10%, il serait peu probable que cela ait un gros impact sur la production de bois d'oeuvre et de copeaux. Deuxièmement, les courbes d'offre de bois d'oeuvre et de copeaux de la Colombie-Britannique et du Québec apparaissent plus sensibles aux variations des droits compensatoires et du prix des grumes que celles de l'Ontario. Troisièmement, la situation au Québec présente plus de sensibilité à la hausse du prix des grumes, alors que celle qui prévaut en Colombie-Britannique l'est plus quant aux droits compensatoires.