Publications du Service canadien des forêts

Influence of initial chemistry on decomposition of foliar litter in contrasting forest types in British Columbia. 2004. Prescott, C.E.; Vesterdal, L.; Preston, C.M.; Simard, S.W. Canadian Journal of Forest Research 34: 1714-1729.

Année : 2004

Disponible au : Centre de foresterie du Pacifique

Numéro de catalogue : 24969

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (télécharger)

Sélectionner

Résumé

Nous avons comparé le taux de décomposition de la litière de feuilles d’espèces d’arbres de la Colombie- Britannique dans le cadre de deux études sur le terrain et nous avons évalué quels paramètres chimiques initiaux de la litière permettaient le mieux de prédire le taux de décomposition de la litière. La concentration des nutriments ainsi que les proportions de tannins et de carbone (basées sur l’analyse immédiate et la spectroscopie par résonance magnétique nucléaire) ont été mesurées dans la litière fraîche de 14 espèces d’arbres dans une première expérience et de sept espèces dans une deuxième expérience. Chaque étude a été répétée dans un endroit différent pour évaluer la transférabilité des résultats. La litière de feuillus s’est décomposée plus vite que la litière de conifères seulement durant la première année; par la suite, elle s’est décomposée plus lentement. La concentration de lignine était un bon prédicteur de la perte de masse seulement pendant la première année et seulement dans une des deux expériences; ce qui pouvait être dû à la forte concentration (>170 mg·g–1) de lignine dans toutes les litières. L’effet des caractéristiques chimiques de la litière sur la décomposition pendant la première année était consistant et transférable parmi les sites. Aucun des paramètres chimiques initiaux de la litière n’était un bon prédicteur de la masse résiduelle après 4 ou 5 ans parce que la perte de masse de la plupart des litières était alors semblable. Cette convergence des pertes de masse de litière après 4 ou 5 ans malgré les différences initiales indique que les estimations de décomposition extrapolées à partir de taux initiaux ou de caractéristiques chimiques initiales ne peuvent prédire avec précision la décomposition à long terme.