Publications du Service canadien des forêts

Current status and environmental impact of transgenic trees. 2004. van Frankenhuyzen, K.; Beardmore, T. Canadian Journal of Forest Research 34: 1163-1180.

Année : 2004

Disponible au : Centre de foresterie des Grands Lacs

Numéro de catalogue : 24943

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Sélectionner

Abstract

Depuis 15 ans, les développements technologiques liés à la multiplication in vitro et la transformation génétique ont permis d'accélérer la mise au point d'arbres génétiquement modifiés. À ce jour, les scientifiques ont pu produire des arbres forestiers modifiés avec au moins 33 d'espèces. Les caractères cibles comprennent la tolérance aux herbicides, la résistance aux ravageurs, la tolérance aux stress abiotiques, la modification de la quantité et de la qualité des fibres, l'altération de la croissance et le développement des fonctions reproductrices. Le potentiel commercial a été démontré au champ pour quelques-uns de ces caractères, en particulier la résistance aux herbicides, la résistance aux insectes et l'altération du contenu en lignine. Alors que la commercialisation apparaît réalisable, du moins pour les quelques génotypes qui peuvent être modifiés et multipliés de façon efficace, les inquiétudes pour l'environnement sont devenues l'obstacle principal à l'approbation régulatrice et à l'acceptation populaire. Les risques écologiques associés au déploiement commercial vont de la dispersion du transgène et son introgression au sein des bassins géniques naturels à l'impact des produits transgéniques sur les autres organismes et processus écologiques. L'évaluation de ces risques est compliquée en raison de la longévité des arbres et de la difficulté à extrapoler les résultats d'études à petite échelle aux plantations à plus grande échelle. Les principaux enjeux liés au déploiement sécuritaire peuvent être abordés uniquement en permettant le déploiement à moyenne et à grande échelle d'arbres transgéniques pendant une révolution complète. Les règlements actuels qui restreignent dans le temps et dans l'espace le déploiement au champ de tous les transgènes doivent être remplacés par une réglementation qui reconnaît les différents niveaux de risque (tels que déterminés par l'origine du transgène, son impact sur le succès en reproduction ainsi que les impacts non spécifiques) et qui attribue un niveau correspondant de confinement. L'étape suivante dans la démarche visant à déterminer l'acceptabilité de la technologie transgénique en amélioration génétique des arbres forestiers vise le déploiement sans confinement de constructions qui posent peu de risque en termes de dispersion des gènes et des impacts non spé cifiques, comme l'utilisation de pins ou de peupliers dont la lignine a été modifiée, afin de permettre l'évaluation des risques écologiques et des bénéfices environnementaux ou agronomiques à des échelles pertinentes.