Publications du Service canadien des forêts

Differences in composition and release rate of volatiles emitted by black spruce seed cones sampled in situ versus ex situ. 1998. Turgeon, J.J.; Brockerhoff, E.G.; Lombardo, D.A.; MacDonald, L.M.; Grant, G.G. Canadian Journal of Forest Research 28: 311-316.

Année : 1998

Disponible au : Centre de foresterie des Grands Lacs

Numéro de catalogue : 24447

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Sélectionner

Résumé

Les émissions volatiles de cones ovulifères d'epinette noire (Picea mariana (Mill.) BSP), encore fixés à un arbre vivant de 7 m de hauteur (in situ), ont été comparéers à celles de cônes détachés du même arbre (ex situ). Les substances volatiles ont été captées a l'aide d'un échantillonneur« headspace »et adsorbées sur Porapak® Q.et les extraits ont été analysés par chromatographic en phase gazeuse seule et couplée à la spectrométrie de masse. L'abondance relative des constituants identifiés, tricyclène, a- et P-pinécne. camphéne. sabinène. P-myrccne, A-3-carcne. p-cymène. p-phellandrène. limonène. y-icrpinène, a-terpinolène, camphre. bornéol et acétate de bomrnyle différait quantitativement. presque qualitativement. entre les échantillons récoltés in situ et ex situ.Chez les cônes ovulifères in situ, par exemple, environ 7 et 12% des émissions totales émanaient du camphène et de I'acétate de bornyle. contre environ 0,9 et <0,2%. respectivement, chez les cônes ex situ. Le p-phellandrène et 1e P-pinène étaient continuellement moins abondants dans les extraits récoltés in situ (respectivement environ 4.5 et 22%) que dans les prélèvements ex situ (respectivement environ 6 et 32%). De plus, le taux d'emission monoterpdnique total des cônes ovulifères in situ etait approximativement deux fois plus élevé que celui dcs conesex situ.Ces resultats indiquent que I'dchantillonnage ex situ ne ddpeint pas fidelement la composition des emissions volatiles des cônes ovulifères. et suggèrent que des tests d'activité biologique, fondés sur des spectres d'émission ainsi obtenus, pourraient générer des conclusions erronnées.