Publications du Service canadien des forêts

Aboriginal forestry in Canada. 2003. Parsons, R.; Prest, G. The Forestry Chronicle 79(4): 779-784.

Année : 2003

Disponible au : Région de la capitale nationale

Numéro de catalogue : 24177

La langue : Anglais

Disponibilité : PDF (demande par courriel)

Sélectionner

Résumé

Les facteurs qui influent sur l’activité forestière au Canada sont nombreux, parmi ceux-là, la pratique de la foresterie autochtone prend de l’importance. « Que désigne-t-elle? » et « Par quoi s’explique son essor? » sont les questions auxquelles cet article s’attache à répondre. La foresterie autochtone peut être assimilée aux pratiques d’aménagement forestier durable qui intègrent les protocoles des cultures du passé aux interactions entre l’écosystème de la forêt et les populations autochtones d’aujourd’hui sans préjudice pour les générations futures. Elle allie les atouts des modèles actuels de gestion forestière à l’utilisation traditionnelle de la forêt cultivée par les peuples autochtones. C’est une pratique qui exige plus qu’une simple conformité à une prescription concernant le moment propice, le lieu et les modalités de la récolte mais qui commande la façon dont une relation respectueuse du monde naturel peut s’instaurer. Les facteurs qui ont donné impulsion à la foresterie autochtone sont multiples : la certification des forêts, des causes faisant jurisprudence sur les droits et le titre ancestral des Autochtones, des consultations constructives et la prévention d’éventuelles violations de ces droits, les procédures de conclusion des traités appliquées de nos jours ainsi que les revendications territoriales globales et particulières modernes et les droits fonciers issus des traités. Conjugués, ces facteurs conduisent à une reconnaissance et à une participation accrues des peuples autochtones à la foresterie.