Publications du Service canadien des forêts

Climatic change: a review of causes. 1987. Harrington, J.B. Canadian Journal of Forest Research 17(11): 1313-1339.

Année : 1987

Disponible au : Centre de foresterie du Nord

Numéro de catalogue : 23497

La langue : Anglais

Disponibilité : Commander une copie papier (gratuite), PDF (demande par courriel)

Sélectionner

Résumé

Le climat terrestre est en continuel changement sous l'action de nombreux facteurs, notamment les variations de l'intensité solaire, des paramètres de l'orbite terrestre, des courants et de la chimie des océans, de la vie terrestre et aquatique ainsi que de la composition et de la circulation atmosphériques, la dérive des continents, le volcanisme, les impacts météoritiques et cométaires, et l'accumulation et la fonte de la glace. En dépit de l'importance, loin d'être négligeable, de ces facteurs et en dépit de changements de la radiance solaire au cours des 4,5 derniers milliards d'années, la température moyenne de la surface terrestre est demeurée remarquablement constante, oscillant autour de 15 °C. Ceci suppose l'intervention de fortes rétroactions négatives en réponse à tout bouleversement du milieu. Au cours du siècle dernier, l'influence de l'homme sur l'environnement a augmenté à une vitesse sans précédent. C'est pourquoi, notamment à cause de «l'effet de serre», on s'attend à ce que la température moyenne à la surface du globe ait augmenté d'environ 2,5 °C au milieu du 21e siècle. Cette prédiction demeure relativement incertaine, compte tenu des problèmes qui subsistent dans l'évaluation de divers mécanismes de rétroaction positive et négative mettant en jeu les interactions entre l'air, la terre, l'océan, la glace et la végétation, et compte tenu de l'incertitude quant à l'intensité de l'activité volcanique. Les modèles numériques les plus précis et les ordinateurs les plus rapides sont encore impuissants devant tous ces problèmes. Cependant, d'après les connaissances scientifiques actuelles, il y a tout lieu d'attendre pour le milieu du 21e siècle un climat semblable à celui de l'optimum climatique, il y a 5000 à 6000 ans. Le degré de confiance dans la direction, la vitesse et la magnitude des changements climatiques à venir est suffisant pour que les organismes visés commencent dès maintenant à établir des stratégies permettant d'y faire face. Dans le domaine de la foresterie canadienne, cette attitude se justifie d'autant plus qu'on y prévoit des changements climatiques importants et que la vie des plantations actuelles atteindrea aisément la période prévue de ces changements.