Publications du Service canadien des forêts

Contribution to the fine anatomy and histochemistry of birdseye sugar maple. 2003. Rioux, D.; Yamada, T.; Simard, M.; Lessard, L.G.; Rheault, F.J.; Blouin, D. Can. J. For. Res. 33: 946-958.

Année : 2003

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 22755

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Résumé

Les observations en microscopie photonique et microscopie électronique à transmission ont révélé les caractéristiques suivantes chez le bois piqué de l’érable : des éléments longitudinaux inclinés, des vaisseaux plus courts et de diamètres inférieurs à ceux présents dans le xylème normal, occasionnellement des trous entre les cellules, des épaississements inhabituels de la paroi secondaire des vaisseaux et une absence de rayons multisériés. Les tests histochimiques et cytochimiques ont révélé que le bois piqué était moins lignifié que le bois normal. Lorsque les mouchetures étaient observées sur plus de cinq cernes de croissance consécutifs, des cellules affaissées et hypertrophiées étaient observées au début des cernes. Ces cellules anormales suggèrent que les initiales du cambium ont été endommagées. Ce dommage a apparemment été causé par une pression exercée sur un groupe de fibres localisées tout près du cambium. Le cambium a recommencé par la suite à former des éléments du xylème plus normaux. Cette pression venant de l’écorce pourrait avoir contribué à produire un phloème plus mince et des rayons montrant des anomalies, le tout ayant probablement affecté directement la translocation d’éléments nutritifs vers le cambium et, concurremment, la différenciation des éléments du xylème. De fortes concentrations d’éthylène pourraient avoir stimulé le fonctionnement du phellogène et avoir ainsi généré une pression vers le cambium. Des études additionnelles sur la formation de ces mouchetures sont aussi suggérées.

Dernière mise à jour :