Publications du Service canadien des forêts

Simulating the effects of future fire regimes on western Canadian boreal forests. 2003. de Groot, W.J.; Bothwell, P.M.; Carlsson, D.H.; Logan, K.A. Journal of Vegetation Science 14: 355-364.

Année : 2003

Disponible au : Centre de foresterie du Nord

Numéro de catalogue : 22718

La langue : Anglais

Disponibilité : PDF (demande par courriel)

Sélectionner

Résumé

Nous avons étudié au moyen de simulations les effets sur les essences et les types fonctionnels de la végétation boréale de différents scénarios quant au régime futur des feux dans l'Ouest canadien. Pour simuler les régimes actuel (1975-1990) et futurs (2080-2100), nous avons utilisé les données du modèle couplé canadien du climat mondial CGCM1. Pour les simulations des effets à long terme, nous avons employé un modèle des effets du feu au niveau des peuplements boréaux (BORFIRE), mis au point pour la présente étude. Afin de déterminer les répercussions des changements du régime des feux sur la composition de la forêt et le stockage de la biomasse, nous avons comparé les effets des régimes actuel et futurs sur une période de 400 ans. Les différences entre les deux scénarios après 400 ans indiquent les changements des tendances de la composition et de la biomasse des forêts que pourrait entraîner un régime modifié. Les impacts écologiques sont examinés en considérant les grands types fonctionnels des plantes. D'après le modèle couplé canadien, des conditions de combustion plus dévastatrices sont à prévoir, entre autres : feux de plus forte intensité, brûlage en plus grande profondeur et quantité supérieure de combustibles brûlés. Les cycles plus courts des feux favoriseront généralement les essences qui peuvent se régénérer par rejets (à endurance au feu) ou qui ont des réserves de graines (se dérobant au feu). Les essences sans traits directs de survie au feu (évitant le feu) connaîtront un déclin. Dans les forêts boréales où dominent les feux de cime, l'écorce modérément épaisse des essences résistantes au feu ne procurera pas un avantage additionnel important. Beaucoup d'essences représentent des types fonctionnels qui possèdent plusieurs traits de survie au feu. Les plantes du type fonctionnel qui se dérobe au feu et évite le feu paraissent aptes à s'adapter à une plus large gamme de cycles des feux. Sous les régimes futurs simulés, on peut s'attendre à une augmentation générale du stockage de la biomasse en raison de l'évolution de la composition forestière vers les essences à croissance rapide qui se régénèrent par rejets. D'après les simulations, le stockage de la biomasse à long terme serait plus faible dans des conditions d'exclusion du feu en raison de l'incapacité de certains peuplements de se reproduire en l'absence de feu.