Publications du Service canadien des forêts

Belowground biomass dynamics in the Carbon Budget Model of the Canadian Forest Sector: recent improvements and implications for the estimation of NPP and NEP. 2003. Li, Z.; Kurz, W.A.; Apps, M.J.; Beukema, S.J. Canadian Journal of Forest Research 33(1): 126-136.

Année : 2003

Disponible au : Centre de foresterie du Pacifique

Numéro de catalogue : 21265

La langue : Anglais

Disponibilité : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.1139/x02-165

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé

Dans le modèle du bilan de carbone du secteur canadien des forêts (CBM-CFS2), la biomasse racinaire et sa dynamique sont estimées à l'aide d'équations de régression basées sur la littérature. Une analyse récente a montré que quelques-unes de ces équations pourraient surestimer la productivité primaire nette souterraine (PPNS). Cette étude avait pour objectif d'actualiser la compilation des données de biomasse et des données de renouvellement des racines pour recalculer les équations de régression et pour évaluer l''impact des nouvelles équations sur les estimés de productivité primaire nette (PPN) et de producitivité nette de l'écosystème (PNE) obtenus avec le modèle CBM-CFS2. Nous avons actualisé toutes les équations sur la base de 635 paires de données sur les composantes aérienne et souterraine recueillies à partir d'études publiées sur les forêts tempérées froides et boréales. Le nouveau paramètre de l'équation utilisée pour prédire la biomasse racinaire totale des espèces résineuses a seulement faiblement changé alors que les changements pour les espèces feuillues étaient statistiquement significatifs. Une nouvelle forme d'équation, qui améliore la précision et l'interprétation biologique, a été utilisée pour prédire la biomasse des racines fines à partir d'une proportion de la biomasse racinaire totale. Le taux annuel de renouvellement des racines fines est actuellement estimé à 0.641 de la biomasse des racines fines. Une comparaison entre des estimés de PPN obtenus avec le CBM-CFS2 et les résultats de mesures sur le terrain, de calculs empiriques et de modélisation montrent que les nouvelles équations racinaires prédisent des valeurs réalistes de PPNS. Les changements effectués aux équations racinaires ont peu d'effet sur les estimés de PNE.