Publications du Service canadien des forêts

Extracellular sheath formation by Sphaeropsis hypodermia and association with its infection in elm trees. 2000. Ouellette, G.B.; Rioux, D.; Simard, M.; Bernier, L. Phytoprotection 81: 69-86.

Année : 2000

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 20489

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Résumé

Nous avons observé le mode de développement de Sphaeropsis hypodermia (isolé d'une branche d'orme {Ulmus americana) atteinte d'un chancre) dans les milieux suivants : un milieu gélosé (PDA), un tissu essuie-tout (Kimwipes), des blocs de bois d'orme stérilisés à l'autoclave, et des ormes d'Amérique inoculés en serre. Des échantillons de chaque substrat ont été fixés pour les observations en microscopie photonique et en microscopie électronique avec du glutaraldéhyde et du tétroxyde d'osmium. Observés en microscopie électronique, les hyphes accolés au substrat étaient entourés d'une épaisse couche extracellulaire devenant circonscrite par des bandes rigides et contenant des corps opaques simples ou agrégés, ou des masses de matière opaque plus volumineuses dans le cas des blocs de bois d'orme. Sur celui-ci et sur le tissu Kimwipes, la couche extracellulaire s'étendait sur une distance appréciable, loin des cellules fongiques, et avait également pénétré les parois de cellules de parenchyme et des fibres, selon le cas. Dans les ormes inoculés, le champignon a rapidement produit des dommages notables dans les tissus du cambium et colonisé abondamment les régions de l'écorce et du xylème avoisinantes. La pénétration et la dégradation des parois cellulaires de l'écorce étaient marquées, en relation également avec de la matière opaque entourant les cellules du champignon. Cette matière ressemblait à celle liée aux cellules fongiques sur les milieux stérilisés. Bien que les cellules du xylème étaient généralement colonisées, des altérations pariétales n'étaient apparentes que dans les cellules récemment formées. En outre, le passage du champignon d'une cellule à l'autre à travers les parois n'a été observé que dans le cas des éléments de vaisseaux et des cellules de rayon. Concernant les fibres, seule y était visible une bande de matière filamenteuse dans les parois et liant les cellules fongiques présentes dans la lumière de ces fibres. En réponse à la dégradation de parois cellulaires liée à de la matière opaque, l'hypertrophie et l'hyperplasie des cellules du cambium et de l'écorce interne ont été observées, liées possiblement à la formation d'une barrière de protection. On discute du rôle possible de la couche extracellulaire des cellules fongiques in vivo et in vitro.

Dernière mise à jour :