Publications du Service canadien des forêts

Can juvenile hormone research help rejuvenate integrated pest management? 2000. Cusson, M.; Palli, S.R. The Canadian Entomologist 132: 263-280.

Année : 2000

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 20443

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Sélectionner

Abstract

La recherche sur les hormones juvéniles (JH) a été grandement stimulée par la prédiction, dans les années 60, que des analogues synthétiques de cette hormone allaient former la base d'une nouvelle génération d'insecticides à spécificité améliorée. Bien que ces produits se soient révélés efficaces contre certains groupes d'insectes, leur succès n'a pas été aussi spectaculaire qu'on l'aurait souhaité. Toutefois, des façons innovatrices d'envisager la perturbation des fonctions de la JH laissent maintenant présager l'émergence de nouveaux outils pour la gestion intégrée des ravageurs. La perturbation des fonctions de la JH requiert l'une ou l'autre des deux conditions suivantes : une augmentation artificielle des titres de JH à un stade de développement où ces titres sont normalement faibles, ou une diminution artificielle des titres de JH à un stade de développement ou ces titres sont normalement élevés. Notre discussion s'articule autour de ces deux approches conceptuelles et traite de sujets tels que : (i) l'isolation et le clonage du récepteur de la JH; (ii) la caractérisation de protéines encodées par des gènes de polydnavirus et d'entomoxvirus qui inhibent la métamorphose; (iii) l'isolation et le clonage des allatostatines et l'élaboration de pseudopeptides allatostatiques pouvant être utilisés comme insecticides; (iv) la caractérisation d'enzymes de la voie biosynthétique de la JH spécifiques aux Lépidoptères; (v) la caractérisation des substances transmises par des guêpes endoparasitoides du genre Chelonus Panzer (Hymenoptera : Braconidae) à leurs hôtes, chez lesquels elles induisent une métamorphose précoce; (vi) l'étude d'un mécanisme de résistance des arbres impliquant un effet anti-JH qui se traduit par l'incapacité des femelles à produire et à pondre des oeufs; et (vii) le clonage des gènes de l'estérase et de l'époxide hydrolase de la JH, et la construction de baculovirus recombinants qui produisent de grandes quantités de ces enzymes qui dégradent la JH.