Publications du Service canadien des forêts

Modelling long-term peatland dynamics. I. Concepts, review, and proposed design. 2001. Yu, Z.C.; Campbell, I.D.; Vitt, D.H.; Apps, M.J. Ecological Modelling 145: 197-210.

Année : 2001

Disponible au : Région de la capitale nationale

Numéro de catalogue : 20415

La langue : Anglais

Disponibilité : PDF (demande par courriel)

Sélectionner

Résumé

Cet article examine les modèles conceptuels et de simulation des tourbières et propose un cadre pour la simulation de la dynamique des tourbières dans les régions boréales. Des modèles de simulation publiés, basés conceptuellement sur le modèle de croissance des tourbières de Clymo, n'intègrent pas dynamiquement les couches structurelles et fonctionnelles de la litière, de l'acrotelme et du catotelme. La décomposition de la matière organique dans ces couches se fait à des rythmes différents sur diverses échelles de temps. Les processus de décomposition dans les couches plus actives de la litière et de l'acrotelme prédéterminent l'accumulation nette de la tourbe dans le catotelme. Après évaluation de l'information fournie par des échantillons de litière et des carottes de tourbe, nous proposons un concept de modèle où différentes couches sont liées par le changement de la profondeur de la nappe phréatique sous l'influence de l'humidité efficace. Le cadre du modèle comprend des fonctions exponentielles simples et doubles de la décomposition qui ensemble déterminent l'accumulation ou dégradation nette de la tourbe et, par conséquent, le bilan du carbone. Le modèle, qui se veut générique sur le plan structurel, peut être validé à l'aide de paramètres estimés et de données d'observation de l'accumulation de la tourbe dans la partie ouest continentale du Canada. Les objectifs de ce travail sont : (1) comprendre les interactions de différents facteurs biologiques et environnementaux dans les tourbières boréales; (2) simuler réalistiquement l'accumulation et la dégradation de la tourbe au cours des derniers millénaires en utilisant des données paléoclimatiques estimatives comme variables et des profils de tourbe pour la validation.