Publications du Service canadien des forêts

Pattern and vegetation - environment relationships in a boreal forested wetland in northeastern Ontario. 1995. Jeglum, J.K.; He, F. Canadian Journal of Botany 73: 629-637.

Année : 1995

Disponible au : Centre de foresterie des Grands Lacs

Numéro de catalogue : 19637

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : Commander une copie papier (gratuite)

Sélectionner

Résumé en langage clair et simple

A l'aide de l'analyse par correspondances canoniques, les auteurs ont analysé un ensemble de données provenant de terres humides arborées du nord-est de l'Ontario et portant sur la couvertue en espèces ainsi que les données environnementales obtenues dans 43 stations. Les résultats montrent deux gradients de végétations principaux reliés à des facteurs tels que les complexes profondeur - humidité des tourbes (bord de la tourbière vers le centre) et pH - calcium. Les stations à l'intérieur des types de végétation se voisinent étroitement, et les gradients entre les types sont semblables à ceux observés dans des analyses antérieures, ce qui supporte la validité d'une classification antérieure. L'axe I de l'ordination est fortement relié avec la profondeur de la tourbe, plusieurs éléments (A1, Fe et Cu), la perte au feu, la densité de la masse et le contenu en eau de la tourbe. L'axe II est fortement relié à la perte au feu, la profondeur de la couche fibreuse, le pH et plusieurs éléments (Ca, Mg, Mn, N). Le nombre d'espèces par parcelle d'observation est fortement corrélé au gradient pH - calcium, alors que le couvert de végétation est fortement corrélé avec le gradient profondeur - humidité de la tourbe. L'analyse par analyse des correspondances hors tendances donne des résultats très semblables à ceux de l'analyse par correspondances canoniques, ce qui suggère qu'il y aurait une correspondance relativement élevée entre les gradients de la végétation et ceux de l'environnement. Les mesures environnementales ont été réparties entre facteurs chimiques et facteurs physiques, afin de déceler leurs contributions relatives aux variations de la végétation. Les variables physiques aussi bien que chimiques sont importantes, et 81% de la variation de la végétation s'explique par les paramètres environnementaux.