Publications du Service canadien des forêts

Evaluating insect-mediated dispersal of Scytalidium uredinicola for biological control of western gall rust. 1996. Currie, C.R.; Hiratsuka, Y. Canadian Journal of Forest Research 26(10): 1754-1760.

Année : 1996

Disponible au : Centre de foresterie du Nord

Numéro de catalogue : 18899

La langue : Anglais

Disponibilité : Commander une copie papier (gratuite), PDF (demande par courriel)

Sélectionner

Résumé

La possibilité d'améliorer le contrôle biologique de la rouille-tumeur autonome causée par Endocronartiumharknessii (J.P. Moore) Y. Hiratsuka sur le pin lodgepole (Pinusconforta Dougl. var. latifolia Engelm.) a été étudiée près de Hinton en Alberta. L'objectif consistait à déterminer si l'action d'un mycoparasite de la rouille-tumeur autonome, Scytalidiumuredinicola Kuhlman et al., pouvait être améliorée en relâchant un insecte, Epuraeaobliquus Hatch, qui peut servir de vecteur pour le mycoparasite. Les mycoparasites ont parasité une plus forte proportion de la surface productrice de spores sur les galles plus vieilles de telle sorte que la plupart des galles de 10 ans et plus étaient parasitées sur plus de 95% de leur surface. Scytalidiumuredinicola était le mycoparasite le plus fréquent dans les tissus responsables de la production des spores, était présent tôt dans la saison et semblait hiverner à l'intérieur des tissus de la galle. Les adultes et les larves de E. obliquus jouaient un rôle important dans la dissémination du mycoparasite à la surface des galles, particulièrement sur les galles de moins de 10 ans. Suite à une expérience de recapture d'individus marqués et d'échantillonnage par piégeage sur une surface collante, il est apparu que E. obliquus était fortement attiré par la rouille-tumeur autonome et qu'il constitue par conséquent un candidat de choix pour disséminer le mycoparasite. Dans une expérience de libération à petite échelle, les insectes inoculés avec S. uredinicola n'ont pas réussi à provoquer un nombre important d'infections. Cependant, parmi les quelques infections provoquées en conditions expérimentales, toutes sont survenues dans le traitement qui permettait l'accès aux insectes.