Publications du Service canadien des forêts

Geographic variation in susceptibility of Alberta lodgepole pine to western gall rust. 1997. Yang, R.C.; Dhir, N.K.; Yeh, F.C.; Hiratsuka, Y. Canadian Journal of Forest Research 27: 1398-1405.

Année : 1997

Disponible au : Centre de foresterie du Nord

Numéro de catalogue : 18861

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : Commander une copie papier (gratuite), PDF (demande par courriel)

Résumé

Les semis de 291 descendances de pollinisation libre de pin tordu latifolié (Pinus contorta Dougl. ex Loud. var. latifolia Engelm.) provenant de trois zones d’hybridation (B1, B2 et C) du Centre-Ouest de l’Alberta furent évaluées en serre de 1992 à 1994 pour leur réaction à l’infection par la rouille-tumeur autonome (RTA) (Endocronartium harknessii (J.P. Moore) Y. Hiratsuka). La région C est un cas particulier des contreforts tandis que les deux zones occidentales sont sous une forte influence de la cordillère dans les Montagnes Rocheuses. Une variation significative dans la résistance à la RTA a été observée entre et à l’intérieur des régions. Une tendance générale est–ouest a été observée, les provenances occidentales et élevées en altitude étant les plus sensibles à la RTA. La régression de la résistance à la RTA sur l’origine géographique des familles expliquait jusqu’à 25% de la variation entre les familles. Cependant, la variation entre les familles dans la région C n’était reliée à aucune variable géographique. L’analyse discriminante canonique de la résistance à la RTA et des variables géographiques pouvait distinguer les familles de la région C de celles des régions B1 et B2. Bien que l’introgression très répandue en provenance du pin gris (Pinus banksiana Lamb.) ait pu contribuer à la résistance à la RTA chez le pin tordu latifolié, la variation géographique observée pourrait aussi représenter un gradient de sélection induit par les caractéristiques régionales des conditions géo-climatiques qui influencent le développement de la RTA.

Dernière mise à jour :