Publications du Service canadien des forêts

Comparative fate of glyphosate and triclopyr herbicides in the forest floor and mineral soil of an Acadian forest regeneration site. 2000. Thompson, D.G.; Pitt, D.G.; Buscarini, T.M.; Staznik, B.; Thomas, D.R. Canadian Journal of Forest Research 30: 1808-1816.

Année : 2000

Disponible au : Centre de foresterie des Grands Lacs

Numéro de catalogue : 18853

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Sélectionner

Résumé

Suite à l'application de trois formulations différentes de sels de glyphosate (Vision®, Touchdown®, et Mon14420) et d'une formulation d'un ester de triclopyr (Release®) dans un site forestier acadien en régénération du Nouveau-Brunswick, au Canada, le sort et la persistance des résidus d'herbicide dans la couverture morte et le sol minéral sous-jacent ont été étudiés. Durant les 14 jours qui ont suivi le traitement, des niveaux maximums de résidus (moyenne de 8,3 µg·g de poids sec-1) ont été observés dans les composantes de la couverture morte suite à l'application des formulations de glyphosate. Les valeurs les plus élevées (45,7 µg·g de poids sec-1) ont été observées avec le triclopyr. Le résidu maximum dans le sol minéral sous-jacent était en moyenne 5,7 fois plus faible que dans la couverture morte. Le glyphosate diminuait de façon exponentielle avec le temps dans les deux cas, peu importe la formulation utilisée. Aucune différence significative (p = 0,16, p = 0,97 pour la couverture morte et le sol minéral, respectivement) n'a été observée dans le temps estimé pour que 50% de l'herbicide disparaisse (DT50) parmi les traitements au glyphosate. La moyenne globale a été estimée respectivement à 12 ± 2 et 10 ± 3 jours pour les composantes de la couverture morte et du sol minéral. Les résidus de triclopyr, particulièrement dans la couverture morte, ont été caractérisés par une série d'augmentations passagères, reflétant vraisemblablement des apports variables dans le temps provenant de la rosées, du délavage par la pluie ou de la chute de litière provenant de la végétation environnante traitée. Les résidus de triclopyr se dissipaient aussi avec le temps selon des valeurs approximatives de DT50 allant respectivement de 39 à 69 jours dans la couverture morte et le sol minéral.