Publications du Service canadien des forêts

Use of remote sensing for forest vegetation management: a problem analysis. 1997. Pitt, D.G.; Wagner, R.G.; Hall, R.J.; King, D.J.; Leckie, D.G.; Runesson, U. Forestry Chronicle 73(4): 459-477.

Année : 1997

Disponible au : Centre de foresterie du Nord

Numéro de catalogue : 18848

La langue : Anglais

Disponibilité : Commander une copie papier (gratuite), PDF (demande par courriel)

Sélectionner

Résumé

Les gestionnaires forestiers ont besoin de données précises et actuelles qui décrivent les conditions de la végétation des superficies récoltées afin de pouvoir évaluer le développement de la végétation et prescrire les mesures nécessaires pour atteindre les objectifs de régénération forestière. La nécessité d'obtenir de telles données est de plus en plus grande suite à l'importance actuelle de l'aménagement écosystémique, l'escalade des coûts de traitement sylvicole, le développement d'outils d'aide à la décision informatisés, et les exigences entourant une plus grande imputabilité. Les faiblesses associées aux méthodes de sondage sur le terrain pour la collecte de données (p. ex. : les coûts élevés, la subjectivité, et la faible couverture spatiale et temporelle) limitent souvent l'efficacité de la prise de décision. Le possibilité d'utiliser les données recueillies par télédétection pour compléter les données de végétation forestière provenant du site, a été évaluée sous forme d'analyse d'un problème suite à une revue de littérature globale et à la consultation d'experts en télédétection et en gestion de la végétation lors d'un séminaire national. Parmi les détecteurs disponibles actuellement, les photographies aériennes semblent offrir la combinaison la plus adéquate de caractéristiques dont une haute résolution spatiale, une recouvrement en stéréoscopie, une variété d'échelles pour les images, une diversité de films, de lentilles et d'options rattachées à la caméra, une possibilité de corriger la géométrie, une versatilité et un coût modique. Une stratégie souple qui utilise une série de photographies aériennes à l'échelle de 1: 10 000, de 1: 5 000 et de 1: 500 est proposée pour : 1) cartographier précisément les parterres de coupe, 2) prescrire plus facilement pour chaque site les traitements sylvicoles, l'échantillonnage, les zones tampons, les réserves destinées à la faune, etc., et 3) surveiller et documenter les conditions et les activités touchant des points spécifiques au cours de la période de régénération. Les sondages qui nécessitent une information très détaillée sur les petites plantes (<0.5-m de hauteur) ou encore sur chacune des espèces et sur les plantes rares ne peuvent être vraisemblablement complétés par les techniques actuelles de télédétection. Les domaines recommandées de recherche comprennent : 1) les caméras à image numérique, ou tous autres caméras numérique à coût compétitif, en tant que substitut aux caméras conventionnelles, 2) la classification informatisée et les algorithmes d'interprétation des données d'image numérique, 3) les relations entre les mesures prises sur l'image et les mesures prises sur le terrain, tel l'index de superficie foliaire et la biomasse, 4) les normes d'imagerie, 5) la vidéo aérienne, les altimètres au laser, et le radar en tant que détecteurs complémentaires, et 6) les applications de la télédétection pour les systèmes de coupe partielle.