Publications du Service canadien des forêts

Canada's plant hardiness zones revisited using modern climate interpolation techniques. 2001. McKenney, D.W.; Hutchinson, M.F.; Kesteven, J.L.; Venier, L.A. Canadian Journal of Plant Sciences 81: 129-143.

Année : 2001

Disponible au : Centre de foresterie des Grands Lacs

Numéro de catalogue : 18713

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Résumé

La carte des zones de rusticité des plantes du Canada est bien connue des jardiniers canadiens. Les cotes et les zones originales de rusticité ont été établies au début des années 1960 à partir de modèles de régression de plusiers paramètres sur les données de survie végétales provenant de nombreux emplacement à travers le pays. Depuis ce temps, le climat du Canada a changé et les techniques d'interpolation climatique se sont améliorées. Nous avons retracé les zones de rusticité végétale du Canada en analysant les données climatique de la période originale (1930-1960 environ) et de la période 1961-1990 au moyen de méthodes de lissage par splines en plaque mince. Les essais de splines bi et trivariés ont été réalisés puis évalués en utilisant des données écartées. C'est une fonction trivariée de la position (longitude et latitude) et de l'altitude qui à donné les meilluers résultats. L'erreur type des sufaces était d'environ 0,5°C, ou même moins, pour les variables de température et de 5 à 28% pour les précipitations, selon le mois (les mois d'hiver étant les pires). La création d'un nouveau modèle digital d'altitude (une grille standard de position et d'altitude) pour le Canada a permis de délimiter chaque variable requise pour la formule de rusticité végétale à des résolution spatiales de 1 à 10 km. Grâce à ces modèles, on peut mieux saisir les variations climatiques dans l'espace qu'on ne le pouvait auparavant. Ils devraient donc assurer une base plus ferme pour des applications comme l'établissement de zones de rusticité. Les comparaisons des zones entre les deux périodes étudiées concordent avec les connaissances que nous possédons du changement climatique au Canada. L'indice de rusticité est demeuré stable ou a baissé dans l'est du pays et il a monté dans l'ouest. Les résultats de l'analyse font voir la nécessité de plus de données en station dans l'Ouest canadien afin de mieux saisir la variabilité spatiale inhérent du climat en particulair des précipitations, en terrain montaigneux.

Dernière mise à jour :