Publications du Service canadien des forêts

Changes in cortical and wood terpenes in Sitka spruce in response to wounding. 2001. Nault, J.R.; Alfaro, R.I. Canadian Journal of Forest Research 31: 1561-1568.

Année : 2001

Disponible au : Centre de foresterie du Pacifique

Numéro de catalogue : 18679

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : Commander une copie papier (gratuite), PDF (télécharger)

Sélectionner

Résumé

Les niveaux de composés terpéniques ont été mesurés dans des échantillons d’écorce et de bois d’épinettes de Sitka (Picea sitchensis (Bong.) Carrière). Les arbres, sélectionnés en fonction de leur débourrement hâtif ou tardif, ont été artificiellement blessés de façon à simuler l’attaque du charançon du pin blanc, Pissodes strobi (Peck). Les échantillons ont été prélevés à quatre reprises pendant la saison de croissance: avant que les arbres soient blessés, peu après leur blessure et deux autres fois, plus tard au cours de la saison. Les composés terpéniques ont été extraits avec de l’hexane et auantifiés par chromatographie en phase gazeuse sur colonne capillaire. Au cours des quatre échantillonnages, aucune différence significative dans les terpènes totaux de l’écorce n’est apparue entre les arbres à débourrement hâtif et tardif ou entre les arbres blessés et les arbres témoins. Il n’y avait aucune différence significative entre les arbres à débourrement hâtif et tardif ou entre les dates d’échantillonnage dans les terpènes totaux du bois; cependant, une différence significative a été remarquée entre les arbres blessés et les arbres témoins. Les extraits étaient constitués en majeure partie de onze composés. Quatre terpènes de l’écorce présentaient des différences significatives en fonction de la date d’échantillonnage; dux, en fonction de la classe de débourrement; et aucun, en fonction du traitement. Cinq terpènes du bois présentaient des différences significative en fonction de la date d’échantillonnage; dux, en fonction de la classe de débourrement; et neuf, en fonction du traitement. Nous en avons conclu que le débourrement n’avait qu’un effet mineur sur les profils terpéniques de l’écorce et du bois et qu’une blessure augmentait significativement la concentration terpénique du bois peu de temps après être survenue.