Publications du Service canadien des forêts

Modes of cell-wall degradation of Sphagnum fuscum by Acremonium cf. curvalum and oidiodendron maius. 2001. Tsuneda, A.; Thormann, M.N.; Currah, R.S. Canadian Journal of Botany 79(1): 93-100.

Année : 2001

Disponible au : Centre de foresterie du Nord

Numéro de catalogue : 18549

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : Commander une copie papier (gratuite), PDF (demande par courriel)

Résumé

L'examen en microscopie électronique de cellules foliaires hyalines cryo-fracturées du Sphagnum fuscum Klinggr. révèle que leurs parois cellulaires comportent trois couches; une couche centrale épaisse enveloppée de chaque côté par une couche amorphe plus mince. L'Acremonium cf. curvulum W. Gams et l'Oidiodendron maius Barron, tous deux isolés de plants du S. fuscum partiellement décomposés, sont capables de dégrader les parois cellulaires des sphaignes. Là où les hyphes de l'A. curvulum s'accumulent, la paroi externe amorphe du S. fuscum se fragmente avant d'être enlevée. La couche centrale exposée de la paroi est constituée de faisceaux de microfibrilles, enrobés dans un matériel matriciel amorphe. Une fois que le matériel matriciel et la couche superficielle interne ont été a peu près enlevés, il y la dégradation des microfibrilles et on y observe des vides localisés. Contrairement à l'A. curvulum, l'O. maius dégrade tous les constituants de la paroi plus ou moins simultanément. Chez les deux champignons, on retrouve fréquemment des hyphes actives ou en autolyse qui se voisinent sur les feuilles des Sphagnum.

Dernière mise à jour :