Publications du Service canadien des forêts

Armillaria sinapina in herbaceous plant material from a peatland in Alberta, Canada. 2001. Thormann, M.N.; Myrholm, C.L.; Mallett, K.I. Canadian Journal of Botany 79(5): 643-647.

Année : 2001

Disponible au : Centre de foresterie du Nord

Numéro de catalogue : 18548

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : Commander une copie papier (gratuite), PDF (demande par courriel)

Résumé

Les auteurs ont isolé du mycélium d'Armillaria sinapina Bérubé & Dessurault, une fois à partir de rhizomes vivants du Carex aquatilis Wahlenb., deux fois à partir de feuilles du C. aquatilis en décomposition, et trois fois à partir de feuilles du Salix planifolia Pursh en décomposition, dans une tourbière basse boréale à carex, du sud de l'Alberta, au Canada. Pour identifier les isolats, les auteurs ont utilisé les analyses RFLP de la région IGS-1 avec l'enzyme de restriction AluI, puisqu'il était impossible de trouver visuellement des basidiomes épigées, dans ou près de la tourbière. Au cours de ces analyses les auteurs ont trouvé deux patrons de fragments jamais publiés pour l'A. sinapina, comportant 399–240–135 bp et 399–240–183–135 bp. Les essais d'incompatibilité et d'interfertilité confirment les identifications obtenues à partir des analyses RFLP. Il s'agit de la première mention d'une espèce d'Armillaria annelée activement impliquée dans la colonisation et la décomposition de matériel végétal herbacé, dans un écosystème ne possédant qu'un horizon de sol organique. La recherche des espèces d'Armillaria devrait être étendue aux tourbières et aux matériaux végétaux herbacés, puisqu'ils peuvent servir de vastes réservoirs potentiels de biomasse et de diversité génétique pour ce genre.

Dernière mise à jour :