Publications du Service canadien des forêts

An economic perspective on clearcut harvesting. 2001. Wilson, W.R.; Wilson, L. The Forestry Chronicle 77(3): 467-473.

Année : 2001

Disponible au : Centre de foresterie du Pacifique

Numéro de catalogue : 18365

La langue : Anglais

Disponibilité : Commander une copie papier (gratuite)

Sélectionner

Résumé

La contribution économique de la foresterie industrielle, mesurée en terme d’échanges commerciaux, d’emploi et de développement régional, est bien établie. Par contre, la contribution environnementale de la foresterie, à condition qu’elle soit pratiquée de manière durable, est moins comprise. Malgré les bénéfices économiques et environnementaux, l’étiquette sociale de la foresterie industrielle est de plus en plus remise en question pour ce qui est de l’accès à la matière ligneuse et aux conditions stipulées en matière d’accès, et de l’accessibilité des principaux marchés d’exportation de produits forestiers. À la base de l’étude de ces défis, on retrouve l’utilisation des modes d’exploitation qui soient acceptables autant pour les propriétaires des ressources que pour les consommateurs. La coupe à blanc peut être une réplique adéquate d’une perturbation naturelle, permettant une réserve suffisante pour ce qui est des caractéristiques et de la structure des forêts, mais l’impact émotionnel face à un site exploité détermine souvent le niveau d’acceptabilité du public. Le cadre institutionnel de la foresterie industrielle évolue rapidement et est de plus en plus dirigé par des groupes non-gouvernementaux qui se sont avérés particulièrement habile avec les outils de l’âge de l’information. Cet article passera en revue les facteurs de l’offre et de la demande qui exercent une pression sur les pratiques de récolte, la réponse institutionnelle à ces pressions, les implications physiques et financières des coupes partielles, et examinera les normes de récolte qui ont été établies dans plusieurs régions productrices de résineux.