Publications du Service canadien des forêts

Mortality, feeding inhibition, and recovery of spruce budworm (Lepidoptera: Tortricidae) larvae following aerial application of a high-potency formulation of Bacillus thuringiensis subsp. kurstaki. 2000. van Frankenhuyzen, K.; Nystrom, C.W.; Dedes, J.; Seligy, V. The Canadian Entomologist 132: 505-518.

Année : 2000

Disponible au : Centre de foresterie des Grands Lacs

Numéro de catalogue : 18336

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Sélectionner

Abstract

Une population de larves de la tordeuse des bourgeons de l'épinette, Choristoneura fumiferana (Clemens), a été suivie pendant 5 jours après arrosage d'une préparation commerciale de Bacillus thuringiensis Berliner ssp. kurstaki afin de déterminer la fraction de la dose qui a été absorbée et ses effets (mortalité, récuperation, alimentation et croissance) en relation avec la quantité de la préparation qui s'est déposée au sol et la persistance de ces résidus. Le but ultime de l'exercice était de vérifier si les observations antérieures en laboratoires des effets de B. thuringiensis sur l'alimentation et sur l'ingestion du bacille se produisent aussi sur le terrain. Environ 40% des larves traitée ont ingéré une dose létale en moins d'une journé. Les larves qui ont ingurgité une dose létale ont été transférées du feuillage traité à un régime artificiel (non traité) mais elles sont mortes sans chercher à se nourir de nouveau. Le retour à l'alimentation chez les larves qui ont survécu au traitement s'est fait tardivement par rapport à la population témoin durant les 3 jours qui ont suivi l'arrosages; pendant ce temps, l'activité alimentaire normale et l'augmentation de la masse étaient inhibées. L'alimentation ainsi inhibée chez les larves survivantes semble les avoir empêchées d'ingurgiter davantage du produit puisque la proportion de larves tuées n'a pas augmenté dans les récoles quotidiennes, en dépit de la présence de résidus importants aux sites d'alimentation des larves. Le retour à un temps « normal » de récuperation le 4e jour coïncidait avec une réduction de 65-85% de la persistance du pathogène sur le feuillage et nous n'avons pas observé de nouvelle phase d'absorption létale à partir du moment ou la mortalité reliée au traitement est baissée à environ 20% le 4e et le 5e jours. Ces observations sont comparables aux résultat obtenus en laboratoire sur les effets de B. thuringiensis sur l'alimentation des larves et sont conformes à l'hypothèse selon laquelle l'inhibition de l'alimentation peut empêcher l'absorption d'une dose létale.