Publications du Service canadien des forêts

Advance amabilis-fir regeneration in the Vancouver Forest District. 1976. Herring, L.J.; Etheridge, D.E. Government of Canada. Department of the Environment. Canadian Forest Service, Pacific Forest Research Centre, Victoria, BC. Joint Report No. 05, co-published by the BC Ministry of Forests. 23 p.

Année : 1976

Disponible au : Centre de foresterie du Pacifique

Numéro de catalogue : 1745

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : Commander une copie papier (gratuite), PDF (télécharger)

Sélectionner

Résumé

Les caractéristiques de croissance du Sapin gracieux (Abies amabilis) de régénération préexistante sous un étage dominant mature sont l'objet de la présente étude et l'auteur montre qu'il est impossible de prévoir l'âge des régénérations préexistantes en se foundant sur la grosseur de la tige. Suite à l'enlèvement de l'étage dominant au moyen de l'exploitation commerciale par câbles aériens (ou téléphérage relevé), on a noté fréquemment un délai d'une année complète avant de remarquer une hausse d'accroissement du diamètre chez les préexistants, libérés de la suppression. La réaction relative à la croissance en hauteur peut, cependant, se manifester après plusieurs années. L'auteur décrit les facteurs significatifs touchant l'aménagement d'une régénération de Sapins gracieux préexistants, y compris la forme de la tige, les dégâts causés par l'exploitation, aussi la matériel relatif et la densité. Il mentionne l'importance des microstations et du climat favorisant les réactions de croissance, bien que les données actuelles soient non concluantes. La fréquence des blessures dues à l'exploitation variait de 12 à 30 p. cent, dont la plus grande partie consistait en blessures de la tige, comme la dégazonnage et les cannelures ou stries. La fréquence des infections dues à la pourriture active, associée aux blessures d'arbres était très basse (1.8%) et fut la plus commune parmi les tiges des arbres préexistants classés les plus gros au moment de l'exploitation. L'auteur étudie la rapport entre la grossuer des arbres et la vulnérabilité aux dégâts et à la pourriture. Il décrit la méthode d'attaque par la carie brune filandreuse, Echinodontium tinctorium, et ses possibilités de menace à la régénération préexistante du Sapin gracieux. Les résultats de la recherche indiquent une légère menace de carie par ce champignon dans les peuplements préexistants âgés de moins de 60 ans au moment de leur libération. L'auteur souligne brièvement les moyens d'aménagement par lesquels on pourra obtenir au maximum de croissance et de qualité des arbres avec un minimum de pourriture.