Publications du Service canadien des forêts

Simulation of Douglas-fir seedling root growth, damping-off and root rot. 1976. Bloomberg, W.J. Government of Canada. Department of the Environment. Canadian Forest Service, Pacific Forest Research Centre, Victoria, BC. Information Report BC-X-127. 43 p.

Année : 1976

Disponible au : Centre de foresterie du Pacifique

Numéro de catalogue : 1737

La langue : Anglais

Séries : Rapport d'information (CFP - Victoria)

Disponibilité au SCF : Commander une copie papier (gratuite), PDF (télécharger)

Sélectionner

Résumé

L'auteur mit au point un système mathématique afin de décrire le développement du système racinaire, la fonte des semis et la carie des racines des semis de Douglas latifolie (Pseudotsuga menziesii) en pépinière forestière durant la premiere saison de croissance. Les éléments principaux du modèle sont: i) la germination incluant la naissance de la radicule, ii) la croissance de la racine pivotante, la naissance et l'allongement directionnel des racines de premier order et la naissance des racines de deuxième ordre, iii) le comportement de l'agent pathogène, incluant la distribution, la grosseur et nocivité (malignité) de l'inoculum de Fusarium oxysporum, iv) l'infection des coiffes par des Champignons et la croissance de lésions dans les racines. Les rapports entre les composantes sont identifiés selon la norme suivante: leurs effets sur les semis et les champignons doivent avoir une importance grande et soutenue dans les pépinières le long de la côte de la Colombie-Britannique. Ils sont exprimés en termes de régressions, de valeurs présentées dans des tableaux ou de fonctions de distributions des probabilités et ils furent dérivés de résultats publiés, d'expériences, de relations logiques et d'observations sur le terrain.

L'auteur construisit un modèle d'ordinateur afin d'intégrer les rapports entre les composantes dans un order logique et sous forme traitable à l'ordinatuer. Il atteignit ce but en subdivisant la saison de croissance en 36 périodes de 5 jours et en utilisant un plan vertical et un plan horizontal avec des intervales de 2 cm pour la profondeur du sol et la distance horizontale de l'axe de la racine pivotante. Il modifia les rapports entre les composantes pour les ajuster aux limites temporelles et spatiales du modele. Il put simuler une population maximale de 100 semis.

L'auteur voulut savoir si le modèle pouvait bien prédire la croissance des racines, la fonte des semis et la maladie des racines. Pour ce faire, durant 2 ans, il fit subir différents regimes de température à la germination, à la croissance des pousses et aux zones racinaires, dérivés de corrélations avec les chiffres provenant de stations météorologiques. Il estima ou mesura sur le terrain les données sur la concentration et la distribution de l'inoculum de F. oxysporum. Il trouva que la précision moyenne du modèle s'élevait à plus que 90% et 80% pour la croissance des racines et la maladie des racines, respectivement. Dans la cas de la mortalité causée par la pourriture des racines, il fit des tests durant 3 ans. Le précision obtenue fut d'environ 80% pour des niveaux relativement éléves de sévérite de la maladie, mais de seulement à peu près 50% pour des niveaux bas. Le modèle apporte un choix de détails dans les résultats, concernant depuis une seule racine jusqu'à des paramètres de populations entières.