Publications du Service canadien des forêts

Photosynthesis of black spruce, jack pine, and trembling aspen after artificially induced frost during the growing season. 1998. Lamontagne, M.; Margolis, H.A.; Bigras, F.J. Canadian Journal of Forest Research 28(1): 1-12.

Année : 1998

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 16945

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Résumé

L’'activité photosynthétique sous lumière saturante a été suivie pour l'’épinette noire (Picea mariana (Mill.) BSP), le pin gris (Pinus banksiana Lamb.) et le peuplier faux-tremble (Populus tremuloides Michx.) après application de gels artificiels. Le recouvrement de la photosynthèse de chaque espèce ayant subi un gel de -–9°C en mai ou un gel de –-6 et –-9°C en août n’'a pas eu lieu pendant les périodes de monitorage de 23 et de 14 jours respectives. Celui de l’'épinette noire et du pin gris traité à -–6°C en mai s'’est fait en 5 et 23 jours, respectivement. Celui de l'’épinette noire traitée à –-3°C s’'est fait en 10 jours. Des gels ont été appliqués sur les strates supérieure et inférieure d'’arbres matures d’'épinette noire et de pin gris en juin et de peuplier faux-tremble en juillet. Pour l’'épinette noire, aucun signe de recouvrement n'’a été observé dans la strate inférieure alors qu’'il a été partiel dans la strate supérieure lors de la période de monitorage de 10 jours. Pour le pin gris et le peuplier faux-tremble, aucune différence n'’a été observée pour le recouvrement entre les strates supérieure et inférieure. Le recouvrement du pin gris traité à -–5,5°C s’'est fait en 10 jours alors que celui traité à –-8,5°C ne s’'est pas complètement réalisé. Une période de recouvrement de la photosynthèse s’'échelonnant de 5 à 21 jours semble être un algorithme général simple à utiliser pour les arbres boréaux lorsque des gels inférieurs à –-3°C surviennent pendant la saison de croissance puisque la réponse au gel diffère selon l’'espèce, l’'état phénologique et la température de gel. Toutefois, les taux de refroidissement utilisés dans nos expériences étaient plus grands que ceux observés dans la nature.

Dernière mise à jour :