Publications du Service canadien des forêts

Wood degradation by Phellinus noxius: ultrastructure and cytochemistry. 1995. Nicole, M.; Chamberland, H.; Rioux, D.; Xixuan, X.; Blanchette, R.A.; Geiger, J.P.; Ouellette, G.B. Canadian Journal of Microbiology 41: 253-265.

Année : 1995

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 16933

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Résumé

Une étude ultrastructurale et cytochimique a été entreprise in vitro dans le but d'élucider les mécanismes cellulaires de la dégradation du bois par Phellinus noxius, agent de pourriture blanche. La présence de matrices fongiques extracellulaires et de microhyphes a été observée durant la colonisation des cellules lignifiées. Dès les premiers stades de l'invasion, une association étroite existe entre ces structures et la paroi des cellules du bois et ce jusqu'à un stade avancé de l'altération des parois cellulaires. L'usage de sondes conjuguées à l'or colloïdal a montré que la matrice extracellulaire renformait des B-1,3-glucanes, alors que les B-1,4-glucanes ne furent détectées que dans les septa des parois fongiques. Le test PATAg suggère que les B-1,6-glucanes sont des molécules importantes de la matrice. La chitine, la pectine, les B-glucosides, la galactosamine, le mannose, l'acide sialique, le fucose et les protéines de type fimbriae n'ont pas été détectés dans cette matrice. Nos résultats démontrent que les structures infectieuses de P. noxius, telles les matrices extracellulaires et les microhyphes, jouent un rôle prépondérant dans la dégradation du bois.

Dernière mise à jour :