Publications du Service canadien des forêts

Armillaria species in Newfoundland. 2000. Bérubé, J.A. Canadian Journal of Forest Research 30: 507-512.

Année : 2000

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 16882

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Sélectionner

Abstract

Des confrontations avec des testeurs standards ont été utilisées pour identifier 96 isolats haploïdes d’Armillaria provenant de 34 récoltes faites à Terre-Neuve. Les patrons isoenzymatiques ont également été utilisés pour identifier 36 isolats diploïdes et 3 isolats haploïdes d’Armillaria provenant de 39 autres récoltes. Les bandes caractéristiques pour les estérases, Rf 0,70, la succinate déshydrogénase, Rf 0,32, et la 6-phosphogluconate déshydrogénase, Rf 0,31, ont permis de déterminer que tous les isolats testés par électrophorèse étaient l’Armillaria ostoyae (Romagn.) Herink. La méthode fonctionne avec les isolats haploïdes et diploïdes. Les confrontations effectuées avec les 96 isolats haploïdes récoltés sur des essences feuillues et résineuses se sont révélées positives pour l’A. ostoyae, à l’exception de huit isolats identifiés comme étant l’Armillaria sinapina Bérubé & Dessureault. Ces huit isolats provenaient de trois récoltes faites sur ou près d’un sorbier d’Amérique (Sorbus americana Marsh.) dans un parc de la ville de Saint John’s, où sont présentes plusieurs espèces d’arbres exotiques. La présence de ces spécimens isolés dans une zone où il y a peu de feuillus indigènes serait le résultat d’une introduction en provenance du continent. Par conséquent, l’A. ostoyae semble être la seule espèce d’Armillaria présente dans les habitats naturels à Terre-Neuve.