Publications du Service canadien des forêts

Ultrastructural and cytochemical study of colonization of xylem vessel elements of susceptible and resistant Dianthus caryophyllus by Fusarium oxysporum f.sp. dianthi. 1999. Ouellette, G.B.; Baayen, R.P.; Simard, M.; Rioux, D. Canadian Journal of Botany 77: 644-663.

Année : 1999

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 16870

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Résumé

Suite à l’inoculation du Fusarium oxysporum f.sp. dianthi dans des plantes sensibles ou résistantes de l’oeillet (des cultivars Early Sam et Novada) à l’action de ce champignon, les aspects de l’invasion du xylème de ces plantes ont été observés en microscopie électronique. L’étude a porté sur des échantillons prélevés de 1 à 3 cm du point d’inoculation à différents intervalles, jusqu’à 5 semaines après l’inoculation, et fixés selon des méthodes courantes. Certains échantillons ont été soumis à des tests cytochimiques avec des sondes marquées pour déceler la cellulose, le N-acétyle-glucoseamine et la pectine. Le champignon a envahi rapidement les éléments de vaisseaux des plantes sensibles. Un tapissement pariétal des vaisseaux, lié à la paroi des cellules fongiques et non marqué pour la pectine et la cellulose, se trouvaient dans certains des vaisseaux; des structures microfilamenteuses s’étendaient du tapissement jusque dans les parois de l’hôte. L’agent pathogène s’est propagé d’un vaisseau à l’autre (ou quelques fois dans des cellules de parenchyme) généralement en traversant les membranes de ponctuation; souvent les structures de pénétration ne semblaient pas être limitées par une paroi ou paraissaient même formées seulement de structures ayant l’apparance de microfilaments. Le champignon a communément envahi les parois médianes des éléments de vaisseaux à partir des ponctuations, le plus souvent au moyen de microhyphes entourés d’une paroi très mince ou impeceptible et contenant seulement quelques constituants cytoplasmiques. L’effet des hyphes en croissance a d’abord été de disloquer, physiquement plus que chimiquement, les couches pariétales des cellules hôtes; la lyse de celles-ci a cependant été observée dans des stades plus avancés de la maladie. Les cellules de parenchyme sont demeurées relativement intactes même si les parois environnantes étaient fortement avariées. Les plants résistants ont restreint la colonisation du champignon à quelques vaisseaux, où ni l’envahissement de leurs parois ni la formation de microhyphes n’ont été observés. Tandis que les vaisseaux colonisés initialement contenaient plusieurs cellules fongiques et un peu de matière obstruante, les vaisseaux voisins montraient la situation inverse. Le xylème affecté dans le cultivar Novada a été compartimenté grâce à l’épaissement des parois des cellules de parenchyme et par la formation de nouveaux tissus. Ceux-ci ont cependant quelquefois été envahis, donnant des zones secondaires d’infection. Le matériel obstruant la lumière des vaisseaux n’était pas homogène en apparence et en opacité non seulement parmi les vaisseaux, mais à l’intérieur d’un même vaisseau, contenant, entre autres, des structures microfilamenteuses et de fines fibrilles. Des fibrilles semblables qui ont fortement capté le marqueur pour la pectine, se trouvaient principalement dans les vaisseaux des ilôts secondaires d’infection ou voisins de ceux-ci. Des thylles ont rarement été observés.

Dernière mise à jour :