Publications du Service canadien des forêts

Interfertility between Armillaria cepistipes and A. sinapina. 1996. Bérubé, J.A.; Dessureault, M.; Berthelay, S.; Guillaumin, J.-J. Phytoprotection 77: 67-74.

Année : 1996

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 16736

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Sélectionner

Abstract

Des études ont rapporté que des lignées européennes d'Armillaria cepistipes étaient interfertiles avec trois lignées américaines d'Armillaria désignées par les termes espèce biologique nord-américaine (NABS) V (A. sinapina), NABS X et NABS XI. Une telle interfertilité entre les espèces soulève des doutes au sujet de l'utilisation de binômes latins distincts pour des espèces pouvant se reproduire. Cette interfertilité a été ré-examinée en mettant 24 isolats haploïdes d'A. cepistipes européen en présence de 23 isolats d'A. sinapina d'Amérique du Nord et d'Asie. Les appariements individuels ont été effectués de façon indépendante au moins une fois à l'Université Laval (Canada) et à l'INRA Clermont-Ferrand (France). Des 420 appariements interspécifiques effectués à l'Université Laval, deux étaient positifs et sept étaient ambigus, pour un total de 2,1 % de tous les appariements. Des 506 appariements effectués à Clermont- Ferrand, 10 étaient positifs et 24 étaient ambigus pour un total de 6,7 % des appariements. Les différences dans les résultats de ces appariements peuvent être expliquées par les températures d'incubation, ainsi que par les différents types et concentrations d'extrait de malt utilisés dans chaque laboratoire. Les bas niveaux d'interfertilité trouvés entre A. cepistipes et A. sinapina peuvent résulter de l'absence de barrières génétiques habituellement présentes entre des espèces sympatriques. Ce bas niveau d'interfertilité reflète des différences entre la morphologie, la répartition et les habitats des deux espèces d'Armillaria, et appuie la conservation de dénominations d'espèces distinctes.