Publications du Service canadien des forêts

Influence of cultural practices on the relationship between frost tolerance and water content of containerized black spruce, white spruce, and jack pine seedlings. 1993. Calmé, S.; Margolis, H.A.; Bigras, F.J. Canadian Journal of Forest Research 23: 503-511.

Année : 1993

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 16508

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Résumé

Nous avons réalisé deux expériences dans le but d'étudier l'influence des pratiques culturales sur la relation entre la teneur en eau et la tolérance au gel de semis d'épinette noire (Picea mariana (Mill.) B.S.P.), d'épinette blanche (Picea glauca Moench) Voss) et de pin gris (Pinus banksiana Lamb.). Lors de la première expérience, des semis d'épinette noire de première année ont été soumis pendant 14 jours à la mi-août à des jours courts de 8 h ou aux jours naturels, pendant lesquels ils étaient irrigués ou non. Lors de la seconde expérience, des semis d'épinette blanche, d'épinette noire et de pin gris de première année ont été fertilisés à des doses normales ou doubles durant la saison de croissance. Pendant l'automne, nous avons suivi l'évolution de la tolérance au gel, de la teneur en eau (rapport masse sèche : masse fraîche), de la croissance en hauteur et en diamètre, de la formation des bourgeons ainsi que des concentrations minérales des parties aérienne et racinaire. Dans la première expérience, les jours courts ont accéléré l'endurcissement au froid, la diminution de la teneur en eau et la formation des bourgeons. Les jours courts sans irrigation ont favorisé la diminution puis l'arrêt de croissance en hauteur. Dans la seconde expérience, le traitement avec la fertilisation normale a légèrement favorisé la tolérance au gel de l'épinette blanche seulement. La croissance en diamètre (sauf pour l'épinette blanche) et la formation des bourgeons ont été favorisées par des contenus en azote élevés, alors qu'il n'y avait pas d'effet significatif des fertilisations sur la croissance en hauteur et la teneur en eau. Pour les deux expériences, la relation entre la teneur en eau et la tolérance au gel était indépendante des traitements appliqués et indiquait que les semis non endurcis (température létale pour 50% des semis >-10°C) avaient un rapport masse sèche : masse fraîche inférieur à 30% pour les trois essences. Cette méthode rapide d'évaluation de l'endurcissement des semis pourrait connaître une application auprès des producteurs de semis forestiers de l'est du Canada et pourrait être applicable à d'autres espèces et régions.

Dernière mise à jour :