Publications du Service canadien des forêts

Évolution de la rouille vésiculeuse du pin blanc dans les jeunes plantations de pins blancs. 1992. Lavallee, A. Forêts Canada, Région du Québec, Sainte-Foy (Québec). Rapport d'information LAU-X-101. 24 p.

Année : 1992

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 16469

La langue : Français

Séries : Rapport d'information (CFL - Québec)

Disponibilité : PDF (télécharger)

Sélectionner

Résumé

L'examen annuel de 16 jeunes plantations sur une période d'au moins cinq ans a permis de caractériser le comportement de la rouille vésiculeuse du pin blanc dès son apparition dans ces plantations. Dans 25 % de celles-ci, les progrès de la maladie furent très rapides (plus de 3 % de nouveaux arbres attaqués par année). Une faible progression (moins de 1 % par an) fut observée dans un autre 35 % des cas. Un niveau intermédiaire d'attaques annuelles fut noté dans les autres places à l'étude. Entre l'âge de 5 à 7 ans, les pins blancs atteints meurent rapidement; vers l'âge de 8 à 12 ans, les chancres persistent plus longtemps sur les branches avant d'atteindre le tronc; certaines interventions d'élagage deviennent alors possibles. Un faible niveau d'infection à l'âge de 5 ou 6 ans peut se maintenir ou s'accroître considérablement au cours des cinq années subséquentes. Par contre à cet âge, si aucune action de lutte n'est entreprise, un fort niveau d'attaques entraînera des pertes substantielles à un rythme accru. L'âge des arbres de la plantation ainsi que la classe de drainage, la texture des sols, l'indice de site et l'exposition ne permettent pas d'expliquer clairement les différences dans les niveaux d'infection observés d'un endroit à l'autre. En revanche, la proximité et/ou l'abondance de l'hôte alterne, Ribes spp. semblent mieux expliquer la venue et les progrès de la maladie dans les plantations les plus atteintes. À l'intérieur d'une même plantation, la hauteur et l'accroissement des arbres sains ou atteints ne peuvent servir à démontrer une préférence évidente de la part de l'agent pathogène. La mesure des caractéristiques des chancres sur le tronc et les branches fut utilisée pour élaborer quelques scénarios d'élagage des branches selon le niveau initial d'attaques.

Également disponible sous le titre :
The spread of white pine blister rust in young white pine plantations (Anglais)