Publications du Service canadien des forêts

Changements et évolution de quelques formes azotées de l'humus après fertilisation à l'urée. Fertilisation des sapinières au Québec. 1971. Gonzalez, A. s.n., S.l. Rapport d'information Q-F-X-14.

Année : 1971

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 15304

La langue : Français

Séries : Rapport d'information (CFL - Québec)

Disponibilité au SCF : PDF (télécharger)

Sélectionner

Résumé

L'emploi d'un fertilisant azoté, dont les caractéristiques principales sont le taux élevé en azote, la solubilité et la facilité de décomposition hydrolytique, soulève des problèmes intéressants pour ceux qui étudient les transformations de l'azote dans le sol. La pratique rationnelle et rentable de la fertilisation forestière implique forcément une connaissance approfondie du processus qui a lieu dans le sol (humus) lorsqu'on applique la fertilisation en étude. Disposant aujourd'hui d'une abondante bibliographie concernant l'usage de l'urée comme fertilisant (Bernier, 1966), spécialement en agriculture, nous pouvons donc aborder avec une connaissance accrue les problèmes de la fertilisation azotée en milieu forestier.

La présente étude qui s'inscrit à l'intérieur d'un programme multidisciplinaire se limite à chiffrer les pertes de l'azote ammoniacale, humique et fulvique dans les eaux de drainage, à évaluer les variations du pH dans ces eaux et à connaître les transformations que subissent les différentes formes azotées présentes dans l'humus comme conséquence de l'application de l'urée.