Publications du Service canadien des forêts

Impact of the spruce budworm on balsam fir and white spruce in the Laurentian Reserve, Quebec: an interim report. 1985. Blais, J.R. Canadian Forestry Service, Laurentian Forest Research Centre, Sainte-Foy, Quebec. Information Report LAU-X-68E. 15 p.

Année : 1985

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 14358

La langue : Anglais

Séries : Rapport d'information (CFL - Québec)

Disponibilité : PDF (télécharger)

Sélectionner

Résumé

L'invasion de la tordeuse des bourgeons de l'épinette (Choristoneura fumiferana (Clem.)) qui a débuté dans l'ouest du Québec en 1967 a gagné graduellement l'est et a atteint la réserve des Laurentides en 1972. En 1979, 37 parcelles expérimentales furent établies dans la réserve des Laurentides pour suivre l'évolution de la mortalité du sapin baumier et de l'épinette blanche. Nous présentons ici la situation qui prévalait en 1983. Seulement 6 % des épinettes blanches étaient détruites, tandis que 54 % des sapins étaient morts. Le taux de mortalité du sapin baumier variait considérablement entre les diverses parcelles et se situait de 0 à 100 %. La mortalité des sapins dans les 20 parcelles situées en deçà de 700 m d'altitude atteignait 67 %, tandis que dans les 16 parcelles situées à une altitude au-dessus de 700 m elle n'était que de 37 %. Cet écart était attribuable aux variations de la défoliation annuelle entre les deux zones d'altitude. À une altitude supérieure à 700 m, la défoliation a diminué de 1978 à 1982, alors qu'au-dessous de 700 m, elle est demeurée élevée. Dans la zone à plus basse altitude, le sapin est l'essence la plus répandue, et dans ce secteur, les pertes touchent déjà plusieurs millions de mètres cubes. Par contre, à plus haute altitude la principale essence est l'épinette noire, et les pertes dues à l'épidémie sont moins lourde de conséquence. Les pertes dans les jeunes peuplements et dans les peuplements mûrs des secteurs élevés étaient similaires; dans les parcelles à plus basse altitude, la mortalité s'élevait en moyenne à 73 % dans les peuplements mûrs et à 51 % dans les jeunes. Le pourcentage des pertes en volume par rapport au pourcentage des pertes de tiges était le même dans le secteur inférieur à 700 m, mais il était légèrement plus faible dans le secteur au-dessus de 700 m. Bon nombre de sapins ont atteint le point de non-retour et la mortalité va progresser dans les parcelles à basse altitude quelles que soient les défoliations futures; elle atteindra probablement 85 % en 1985. La progression de la mortalité du sapin dans les secteurs élevés dépendra des fluctuations de population de l'insecte dans ce secteur au cours des prochaines années. Il est probable que la plupart des épinettes blanches tant à faible qu'à haute altitude survivront à l'invasion.

Également disponible sous le titre :
Répercussion des invasions de la tordeuse des bourgeons de l'épinette sur le sapin baumier et l'épinette blanche dans la réserve des Laurentides (Rapport d'étape). (Français)