Publications du Service canadien des forêts

Ultrastructural characterization of an extracellular fibrillar sheath on cells of Ascocalyx abietina, the scleroderris canker agent of conifers. 1987. Benhamou, N.; Ouellette, G.B. Can. J. Bot. 65: 154-167.

Année : 1987

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 14296

La langue : Anglais

Disponibilité : PDF (demande par courriel)

Sélectionner

Résumé

La morphologie, l'ultrastructure et quelques aspects de la composition chimique du réseau fibrillaire entourant les cellules du champignon Ascocalyx abietina (Lagerberg.) Schlaepfer-Bernhard ont été étudiés au moyen de la microscopie électronique et des substances marquées à l'or. Les examens ont montré que la matrice fibrillaire, bien que présente autour de toutes les cellules, pouvait cependant présenter de grandes variations morphologiques au sein d'un même isolat; ces variations étant apparemment sous la dépendance de l'âge et (ou) des conditions physiologiques des cellules. Alentour des cellules présumées être de plus jeune âge, le réseau s'est révélé toujours composé de masses fibrillaires, de taille et de forme variables et délimitées par une bordure bien définie. Par contre, les cellules supposées être plus âgées se sont avérées être généralement entourées par une matrice régulière et uniforme. Cette dernière est composée d'un grand nombre de fines fibrilles enchevêtrées, quelques-unes d'entre elles étant associées à de petits dépôts osmiophiles. L'utilisation de deux RNases (A et B) complexées à l'or colloïdal a démontré la présence d'ARN au niveau des couches denses du réseau. Le contact de certaines parties du réseau avec un matériel semblable entourant les endophyphes ou même les cellules normales, au travers de percées dans la paroi, a été fréquemment observé. Cette observation représente l'une des explications plausible concernant la présence d'ARN dans le réseau. L'existence de sucres tels les β-glucopyranosides et particulièrement l'acide sialique au niveau de la matrice extracellulaire est, très probablement, liée à des fonctions biologiques spécifiques telles la fixation sur les cellules hôtes, la protection envers des conditions physiques défavorables ou le transport de cations. Toutes ces caractéristiques contribuent à distinguer le fourreau produit par A. abietina de ceux décrits chez d'autres champignons.