Publications du Service canadien des forêts

Les rehaussements numériques d'images LANDSAT vs les classifications automatisées pour la cartographie végétale. 1980. Beaubien, J. Pages 301-305 dans T.T. Alfoldi, rédacteur. Comptes-rendus du sixième symposium canadien sur la télédétection, 21-23 mai 1980, Halifax, Nova Scotia. Institut aéronautique et spatial du Canada, Ottawa (Ontario).

Année : 1980

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 14264

La langue : Français

Disponibilité au SCF : PDF (télécharger)

Sélectionner

Résumé

Depuis le lancement du premier satellite Landsat en juillet 1972, les tentatives de cartographie végétale à partir de cette nouvelle technologie se sont rapidement multipliées avec plus ou moins de succès selon le cas. D'après les résultats de deux principaux projets au Québec, sur le Plateau laurentien et sur la basse Côte-Nord, l'application de deux procédés de traitement numérique sont comparés et discutés: les classifications automatisées et les accentuations d'images basées sur leurs composantes principales. L'interprétation de bonnes accentuations fournirait une information plus précise et surtout plus nuancées que les classifications pour la cartographie végétale. Le jugement et les connaissances de l'utilisateur sont ainsi plus mis à profit. Les classifications automatisées offrent l'avantage de produire automatiquement une cartographie et de fournir rapidement la surface occupée par chacune des classes. Mais, dépendant de la complexité du territoire à l'étude, les résultats sont très variables, surtout s'il s'agit de vastes étendues nécessitant plusieurs images de date et de qualité variées.