Publications du Service canadien des forêts

Vegetative incompatibility in diploid isolates of Armillaria North American biological species I and V. 1989. Mallett, K.I.; Hopkin, A.A.; Blenis, P.V. Canadian Journal of Botany 67(10): 3083-3089.

Année : 1989

Disponible au : Centre de foresterie du Nord

Numéro de catalogue : 11277

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : Commander une copie papier (gratuite), PDF (demande par courriel)

Résumé

L'incompatibilité végétative entre les souches des pathogènes responsables de la carie racinaire (Armillaria spp) a été étudiée en utilisant des isolats des espèces biologiques nord-américaines I (Armillaria ostoyae (Romagn.) Herink and V (Armillaria sinapina Bérubé & Dessureault). Les auteurs ont effectué des croisements interspécifiques, intraspécifiques et des autocroisements sur membrane à dialyse et sur milieu à base de malt gélosé, ainsi que sur des rafles de bois et des blocs de bois. Les interactions entre les hypes ont été étudiés à l'aide de la microscopie photonique ainsi que de la microscopie électroniqe en balayage et en transmission. Sur membrane à dialyse, les hyphes situés dans la zone de contact entre les deux espèces, la soi-disant « ligne noire », sont mélanisés et sont incapables de fluorescense avec le diacétate de fluorescéine, mais se colorent avec la 3,3'-diaminobenzidine et la L-ß-3,4-dihydroxyphénylalanine, ce qui indique une activité peroxydase et polyphénoloxydase dans la zone de contact. Les hyphes adjacents à la zone de contact sont fluorescents et ne montrent pas de réaction significative aux autres souches. Les hyphes situés dans la zone de contact entre les croisements intraspécifiques ainsi que les auto-croisements ne sont pas mélanisés, ne sont pas autofluorescents et ne réagissent pas avec les autres colorants. Aucune ligne noire n'est apparue dans les croisements interspécifiques sur ou dans le bois. Chez les croisements interspécifiques aussi bien qu'intraspécifiques, les plaques pseudosclérotiales se forment entre les myceliums opposés. Aucune plaque pseudosclérotiale ne se forment dans le bois entre les mycéliums opposés provenant d'autocroisements. Les résultats indiquent que les réactions interspécifiques et intraspécifiques diffèrent significativement et devraient être considérées comme des phénomènes distincts et séparés.

Dernière mise à jour :