Publications du Service canadien des forêts

The mating system of the fairy ring fungus Marasmius oreades and the genetic relationship of fairy rings. 1988. Mallett, K.I.; Harrison, L.M. Canadian Journal of Botany 66(6): 1111-1116.

Année : 1988

Disponible au : Centre de foresterie du Nord

Numéro de catalogue : 11269

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Résumé

Une étude génétique basée sur la progéniture monosporale provenant de 23 sporocarpes distincts du Marasmius oreades (Boit. : Fr.) Fr., montre que ce champignon est hétérothallique et comporte un système de compatibilité sexuelle unifactoriel. L'état dicaryotique des thalles montrant des anses d'anastomose est mis en évidence par la coloration de Giemsa. Les isolats monosporaux dépourvus d'anses d'anastomose, sont mono-caryotiques. Les ronds de sorcières causés par ce champignon s'avèrent génétiquement homogènes. Les croisements de progénitures monosporales obtenues de différents sporocarpes montrent que le lieu contrôlant la sexualité est multiallélique, huit alleles ayant été répertoriés dans la région de Brooke, en Alberta. À partir des 23 ronds de sorcière étudiés, 13 génotypes différents ont été identifiés. Cinq de ces génotypes ont été retrouvés plus d'une fois dans les ronds de sorcière étudiés. Les croisements de différents isolats dicaryotiques, des clones, d'isolats frères, et de parents avec leurs descendants montrent une ligne de démarcation dans tous les croisements sauf lorsqu'un isolât est croisé avec lui-même. Cette technique a été utilisée pour déterminer les relations génétiques des ronds de sorcière qui partagent le même génotype pour le lieu du type de compatibilité sexuelle. Cinq des ronds ont en commun le même génotype pour le type de compatibilité sexuelle tout en constituant des individus génétiquement distincts. Deux des ronds se sont avérés génétiquement identiques alors que les relations génétiques des autres demeurent indéterminées.

Dernière mise à jour :