Publications du Service canadien des forêts

Spread of Armillaria ostoyae in juvenile lodgepole pine stands in west central Alberta. 1991. Klein-Gebbinck, H.W.; Blenis, P.V.; Hiratsuka, Y. Canadian Journal of Forest Research 21(1): 20-24.

Année : 1991

Disponible au : Centre de foresterie du Nord

Numéro de catalogue : 11243

La langue : Anglais

Disponibilité : Commander une copie papier (gratuite), PDF (demande par courriel)

Sélectionner

Résumé

Les racines de jeunes pins de Murray (Pinuscontorta Dougl. var. latifolia Engelm.) furent déterrées à trois endroits près de Hinton, en Alberta. Dans tous les cas où Armillariaostoyae (Romagn.) Herink s'était établi dans le collet ou la racine principale, il pouvait coloniser les racines latérales. Dans les cas où seulement les racines latérales étaient infectées, la colonisation subséquente se produisait en s'éloignant du point d'infection. Des rhizomorphes étaient associés à 89% des 121 racines infectées alors que seulement 19% des 70 racines non associées à des rhizomorphes étaient infectées. Les souches, les racines et les débris des arbres de la génération précédente servaient de source d'inoculum pour 78% des 36 jeunes arbres infectés. La régénération infectée servait de source d'inoculum pour les autres arbres. Les rhizomorphes étaient parfois attachés aux racines ou aux rhizomes de plantes autres que le pin, surtout l'épilobe à feuilles étroites (Epilobiumangustifolium L.). Il n'y avait pas de relation spatiale entre les souches et les arbres infectés. L'étude du voisinage immédiat a montré que la probabilité qu'un arbre devienne infecté dépendait de la présence d'arbres morts ou mourants à moins de 0,15 m mais était indépendante de la présence d'arbres sains au-delà de cette distance.