Publications du Service canadien des forêts

Perspectives in growth and yield research: the need to establish relations with other disciplines. 1993. Larocque, G.R. Pages 83-96 in C.-H. Ung, editor. International Workshop on Forest Growth Models and Their Uses, November 18-19, 1993, Quebec City, Quebec. Natural Resources Canada, Canadian Forest Service, Petawawa National Forestry Institute, Chalk River, Ontario.

Année : 1993

Disponible dans la : Région de la capitale nationale

Numéro de catalogue : 10793

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : Commander une copie papier (gratuite)

Résumé

Les études sur la croissance et la production des forêts ont consisté principalement à analyser la croissance de forêts naturelles et artificielles, à développer des méthodes pour fournir des estimations de croissance et évaluer la productivité des stations, à mesurer l'effet de traitements sylvicoles, et à développer des modèles empiriques de croissance et production pour fins de prédiction. L'objectif premier a été d'estimer les approvisionnements en matière ligneuse à des fins commerciales. Aujourd'hui, cependant, les aménagistes forestiers doivent relever le double défi d'augmenter la productivité et d'améliorer leurs pratiques d'aménagement dans un contexte de stress environnemental de plus en plus important causé par la pollution atmosphérique et le changement climatique. Il y a aussi des contraintes résultant des inquiétudes du public sur les questions environnementales. Pour ces raisons, il est impératif de mieux comprendre les processus écologiques complexes qui gouvernent la croissance des arbres et des peuplements. Les études traditionnelles de croissance et production ne peuvent pas par elles-mêmes faire face à ces nouvelles contraintes. Elles doivent évoluer et établir des liens avec d'autres disciplines environnementales telles que la dynamique des peuplements forestiers, la physiologie et la pédologie, et une approche intégrée doit être adoptée afin d'améliorer les pratiques d'aménagement et de comprendre et de prédire les effets des perturbations naturelles ou celles qui sont causées par l'homme. En théorie, cette approche intégrée s'applique le mieux dans un contexte de recherche fondamentale à cause des problèmes complexes qui se posent. Néammoins, l'aménagiste peut adopter une approche intégrée en utilisant des outils qui permettent de mieux évaluer l'impact de pratiques d'aménagement sur la productivités forestière. De bons exemples sont le développement de courbes d'indices de site conjointement avec les systèmes de classification écologique ainsi que l'utilisation du taux de croissance relative.

Dernière mise à jour :