Publications du Service canadien des forêts

Growth and ecophysiological responses of black spruce seedlings to elevated CO2 under varied water and nutrient additions. 1993. Johnsen, K.H. Canadian Journal of Forest Research 23: 1033-1042.

Année : 1993

Disponible au : Région de la capitale nationale

Numéro de catalogue : 10772

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : Non disponible (cliquer pour plus de détails)

Sélectionner

Résumé

Deux études en phytotron ont porté sur la croissance et les réactions écophysiologiques de semis d'épinette noire (Picea mariana (Mill.) B.S.P.) exposés à une plus forte concentration atmosphérique de CO2 et recevant des apports variables d'eau et d'élééments nutritifs. Dans la première étape, on a effectué des analyses de la croissance. Ensuite, on a mesuré les échanges gazeux, la pression potentielle du xylème et la teneur en N des aiguilles. Dans un milieu à plus forte concentration de CO2 (700 ppm), les semis avaient un poids sec final de 20 à 48 % plus élevé que des semis croissant dans un milieu ambiant (CO2: 350 ppm). Les augmentations, en pourcentage, du poids sec des semis ont été plus fortes dans un milieu sec ayant des apports importants d'éléments nutritifs que dans une situation contraire. Les semis cultivés dans un milieu à plus forte concentration de CO2 ont utilisé l'eau plus efficacement que ceux qui ont été cultivés dans des conditions normales. C'est ce qui laissaient voir les échanges gazeux instantanés et les mesures de la pression potentielle du xylème. L'effet stimulant d'une plus forte concentration de CO2 sur le taux de croissance relatif atteignait son maximum peu de temps après l'émergence du semis et décroissait à mesure que les semis grandissaient. On a observé un acclimatement de la photosynthèse nette qui s'avérait réversible. Des analyses effectuées à l'aide des données allométriques révèlent que l'acclimatement de la photosynthèse nette était attribuable: (i) à la dilution des éléments nutritifs causée par la croissance; (ii) à la diminution de la teneur en N des feuilles, indépendante de la dilution et (iii) à une diminution de l'activité photosyntétique nette.